Le réseau électrique de Cuba flanche complètement après le passage de l’ouragan Ian

Andrea Rodríguez, The Associated Press
Le réseau électrique de Cuba flanche complètement après le passage de l’ouragan Ian

LA HAVANE — Cuba se retrouve entièrement plongé dans le noir, mardi soir, après que le passage de l’ouragan Ian a fait flancher le réseau électrique de tout le pays et dévasté certaines de ses plantations de tabac les plus importantes.

L’Union électrique de Cuba a annoncé dans un communiqué que des travaux étaient déjà en cours pour rétablir progressivement le courant aux 11 millions d’habitants du pays. L’électricité a d’abord été coupée à environ un million de personnes dans l’ouest de Cuba, mais plus tard, tout le réseau s’est effondré.

Ian a frappé au moment où Cuba est aux prises avec une crise économique qui avait déjà mené à de nombreuses pannes de courant ces derniers mois. Il a touché terre en tant que tempête de catégorie 3 à l’extrémité ouest de l’île, dévastant la province de Pinar del Río — où est cultivée une grande partie du tabac utilisé pour les cigares emblématiques de Cuba.

Des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées et d’autres ont fui la région avant l’arrivée d’Ian, qui a provoqué des inondations, endommagé des maisons et renversé des arbres. Les autorités évaluaient toujours les dégâts en soirée, bien qu’aucune victime n’avait été signalée.

Les vents de l’ouragan ont endommagé l’une des plus importantes plantations de tabac de Cuba, à La Robaina.

«C’était apocalyptique, une vraie catastrophe», a raconté Hirochi Robaina, propriétaire de la plantation qui porte son nom et que son grand-père a fait connaître partout dans le monde.

L’Institut météorologique de Cuba a indiqué que la ville de Pinar del Río s’est retrouvée au pire de l’ouragan pendant une heure et demie. Les médias d’État ont par ailleurs rapporté que le président cubain Miguel Díaz-Canel s’était rendu dans la région touchée.

«Être dans l’ouragan a été terrible pour moi, mais au moins nous sommes en vie», a souligné Yusimí Palacios, un habitant de Pinar del Rio, qui a dû se tourner vers les ressources gouvernementales pour se loger mardi soir.

Les autorités avaient installé 55 abris, évacué 50 000 personnes et pris des mesures pour protéger les cultures, en particulier le tabac.

Le Centre national de surveillance des ouragans des États-Unis a indiqué que Cuba avait subi «des impacts importants du vent et des ondes de tempête» lorsque l’ouragan a frappé avec des vents soutenus de 205 km/h.

On s’attend à ce que Ian devienne encore plus fort au-dessus du golfe du Mexique, atteignant des vents de pointe de 209 km/h à l’approche de la côte sud-ouest de la Floride, où 2,5 millions de personnes ont reçu l’ordre d’évacuer.

Pendant que l’ouragan poursuivait sa route vers la Floride, des images des dégâts causés à Cuba ont commencé à circuler.

La station de télévision gouvernementale locale TelePinar a signalé de lourds dégâts à l’hôpital principal de la ville de Pinar del Rio, comme le démontraient des photos de plafonds effondrés et d’arbres abattus partagées sur Twitter. Aucun décès n’a été signalé.

«J’étais chez moi avec mon mari et notre chien quand l’ouragan est passé. La toiture en maçonnerie et en zinc de la maison venait d’être installée, mais la tempête l’a détruite», a mentionné Mercedes Valdés, qui vit le long de l’autoroute reliant Pinar del Río à San Juan y Martínez.

«Nous n’avons pas pu sauver nos affaires … nous nous sommes juste enfuis.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires