L’église de Tingwick règle ses problèmes d’infiltration d’eau

L’église de Tingwick règle ses problèmes d’infiltration d’eau

L'église de Tingwick a été construite il y a plus de 100 ans, soit au début du XXe siècle.

Crédit photo : www.lanouvelle.net

Grâce à une subvention de 93 750 $ accordée par le Conseil du patrimoine religieux du Québec en juin dernier, les problèmes d’infiltration d’eau à l’église de Tingwick devraient bientôt être chose du passé.

Afin de venir à bout de cette situation, la fabrique Notre-Dame-des-Monts, responsable de sa gestion, s’est tournée vers le programme d’aide financière de l’organisation à but non lucratif en mars dernier.

Quelques mois plus tard, la première phase des travaux en lien avec cet investissement, soit celle touchant la maçonnerie, a ainsi pu être complétée. Les trous ont été réparés avec du mortier de restauration, adéquat pour ce type d’édifice, explique l’architecte Jacques Binette.

Pour qu’une subvention lui soit accordée, la fabrique Notre-Dame-des-Monts a d’abord dû faire appel à un architecte afin de produire un carnet de santé. Sa présidente, Rita Lafontaine, constate que d’autres travaux devront éventuellement être réalisés.

«Il nous a dit toutes les choses étant à réparer. Si on fait le tour, ça équivaut à 1 M$, échelonné sur 10 ans. Étant donné qu’on a eu une subvention une fois, on pourrait peut-être en avoir une deuxième. On va continuer de regarder les réparations qui sont à faire. C’est une belle église. Il faut la tenir debout», mentionne-t-elle.

Plusieurs personnes ayant collaboré de près ou de loin à la réalisation travaux étaient présentes à la conférence de presse de vendredi après-midi.

Le maire de Tingwick, Réal Fortin, était également présent à la conférence de presse visant à faire état de l’évolution des travaux, vendredi après-midi à l’église. Il s’est réjoui de l’évolution du projet, disant souhaiter la garder en bon état pendant longtemps.

La deuxième et dernière phase des travaux en lien avec la subvention de 93 750 $ accordée par le Conseil du patrimoine religieux du Québec consiste à réparer le clocheton, soit l’autre endroit par où entre l’eau. Elle sera réalisée dans les prochains mois.