Le Jardin-Forêt officiellement inauguré

Le Jardin-Forêt officiellement inauguré

Le Jardin-Forêt officiellement inauguré en fin de matinée

Après le potager urbain collectif et le verger écologique, le Jardin des rendez-vous, situé au coin du boulevard Labbé Sud et de la rue Notre-Dame Est à Victoriaville, a vu s’ajouter un troisième élément, le Jardin-Forêt qu’on a officiellement inauguré en fin de matinée, jeudi.

Cette troisième phase a nécessité un investissement d’environ 30 000 $. «Ce nouvel espace de plus de 1600 mètres carrés constitue un endroit magnifique composé d’arbres, de plantes, d’arbustes. Un lieu d’inspiration pour les citoyens qui peuvent y trouver des idées à reproduire à la maison. Les panneaux d’interprétation fournissent des informations utiles. On y retrouve aussi des trucs pour cuisiner correctement avec les fruits et les noix, mais aussi des anecdotes sur les usages ancestraux des végétaux», a souligné Marc Morin, conseiller municipal, mais aussi président du Comité de l’environnement et du développement durable.

On a aménagé de façon circulaire le Jardin-Forêt avec, en son centre, un grand érable à sucre. «Il est entouré de plantes, d’arbustes  et de 85 arbres qui présentent tous des propriétés culinaires, médicinales ou des bienfaits sur la santé. Pour mieux comprendre, le Jardin-Forêt peut être désigné aussi comme la forêt nourricière», a expliqué le directeur du Service de l’environnement à la Ville de Victoriaville, Serge Cyr.

«On y trouve plusieurs essences, a-t-il ajouté. Ce sont tous des végétaux du Québec qu’on peut acheter localement. Certains produisent des petits fruits, des noix ou une eau sucrée.»

Les visiteurs du Jardin-Forêt se baladeront sur des trottoirs de bois de cèdre fabriqués bénévolement par des membres du Club d’ébénisterie du bois franc. «Pas moins de 18 membres y ont participé, consacrant ainsi plus de 500 heures de bénévolat. Profitez-en et prenez-en bien soin», a exprimé le président du Club d’ébénisterie, André Poirier, qui en a profité pour remercier la Ville «d’oser investir dans des aménagements particuliers à la région».

Le CFER Normand-Maurice a aussi contribué au projet. On lui doit la clôture conçue à partir de roues de vélos usagées.

Pour sa part, l’entreprise Appalaches Design a fabriqué les trois bancs de bois permettant aux visiteurs de faire une pause dans ce lieu que l’on veut rassembleur et de partage.

Maintenant les trois phases réalisées, la Ville n’entend pas en rester là. «L’an prochain, nous voulons raffiner les trois phases en ajoutant une pergola dans la première phase, en améliorant les végétaux, en ajoutant des panneaux d’interprétation. Nous souhaitons aussi effectuer de l’animation sur place et présenter des ateliers en lien avec l’agriculture urbaine», a conclu Serge Cyr.

Poster un Commentaire

avatar