Le député Rayes satisfait de sa première année au fédéral

Le député Rayes satisfait de sa première année au fédéral

Alain Rayes

Le député de Richmond-Arthabaska, Alain Rayes, termine sa première année comme député fédéral après six années sur la scène municipale à titre de maire de Victoriaville. Le principal intéressé se dit heureux dans ses nouvelles fonctions et dresse un bilan positif de sa première année en politique fédérale.

«J’ai beaucoup appris au cours de la dernière année et j’ai travaillé sur d’importants dossiers qui m’ont permis d’approfondir mes connaissances dans différents domaines. J’ai également eu la chance d’accompagner, avec les membres de mon équipe, plusieurs citoyens, municipalités, entreprises et organismes dans leurs démarches avec le gouvernement fédéral et cela rend mon travail très valorisant», a mentionné M. Rayes.

Affaires parlementaires

En plus d’avoir occupé des fonctions de porte-parole adjoint et d’avoir participé à de nombreuses reprises au Comité spécial sur la réforme électorale, le député a fait son entrée dans les derniers jours au sein du cabinet fantôme. «Je considère cette nomination comme une belle marque de confiance de la part de la chef du Parti, l’honorable Rona Ambrose», a-t-il souligné. Dans ses différents rôles, le député a multiplié les questions aux ministres concernés lors de la période de questions à la Chambre des communes.

«J’apprécie les responsabilités qui me sont confiées et j’entends être un représentant exemplaire pour ma circonscription ainsi que mon parti. Je ne veux pas être un politicien de l’opposition qui ne fait que critiquer. Au contraire, je mise plutôt sur des interventions qui permettront au gouvernement de prendre les meilleures décisions, dans l’intérêt de tous les Canadiens. Le rôle de l’opposition est important et peut être constructif. C’est ce que je fais et ce que j’entends continuer de faire» a ajouté Alain Rayes.

Le député de Richmond-Arthabaska se réjouit également de l’ouverture de son parti sur certains enjeux qui ont autrefois divisé les troupes. Au cours du dernier congrès, les membres ont d’ailleurs voté en faveur d’une motion qui visait à reconnaître le mariage de même sexe. L’accessibilité des députés aux médias a également été grandement améliorée. De plus, lors de nombreux votes, incluant le vote sur l’aide médicale à mourir, les députés conservateurs n’avaient pas à se ranger derrière une ligne de parti et pouvaient donc voter selon leurs propres convictions.

Dossiers chauds de la session parlementaire

Plusieurs dossiers seront suivis de près par Alain Rayes durant la session en cours, on a qu’à penser au litige entourant le bois d’œuvre et qui met en péril près de 400 000 emplois au pays, à l’importation de protéines laitières qui n’est toujours pas réglé et qui fait perdre des millions de dollars au producteur québécois ainsi que les dépenses exagérées du gouvernement. «Après un an, l’heure des décisions est arrivée pour ce gouvernement. Au-delà de l’image et des consultations, ça prend des actions concrètes pour régler ces problématiques importantes. Les députés libéraux du Québec, et particulièrement les ministres, doivent défendre les intérêts du Québec, mais ils semblent invisibles pour l’instant » a commenté le député.

Dynamisme de la circonscription de Richmond-Arthabaska

Au cours de cette première année de mandat, le député Rayes et les membres de son équipe auront multiplié les interventions dans sa circonscription afin de demeurer bien présents sur le terrain. «Plus d’une activité par jour, sept jours sur sept» depuis son élection, a-t-il mentionné. Il admet aussi que le nombre de gens se présentant à l’un des trois bureaux pour obtenir de l’aide est beaucoup plus important que ce qu’il avait imaginé. «Que ce soit pour le service de passeport ou toutes autres problématiques, ce sont plusieurs centaines de gens qui sont venus cogner à notre porte, en plus des municipalités, entreprises et organismes», a souligné le député.

Lorsqu’il est dans la circonscription, Alain Rayes éprouve toujours le même plaisir à rencontrer ses concitoyens et à travailler des dossiers avec eux. «J’adore mon travail et je me considère privilégié de faire ce que je fais. J’ai toujours le feu sacré pour la politique et je veux que chaque résident de ma circonscription soit fier du travail que mon équipe et moi accomplissons pour eux.  En somme, j’adore mes fonctions et je veux être le député de Richmond-Arthabaska pour encore de nombreuses années», a conclu M. Rayes.

Quelques chiffres en bref…

–          Plus de 1600 passeports ont transité par le bureau du député fédéral 

–          350 dossiers «citoyens» (assurance-emploi, régime de pension du Canada/revenu de supplément garanti, Agence de Revenu du Canada, Immigration …)

–          Participation à plus de 385 activités telles que conférences de presse, inaugurations, soupers-bénéfice, etc.

–          Aide financière de 516 684 $ à 206 emplois étudiants dans le cadre du programme Emploi Été Canada.

–          Acceptation de 12 projets du programme Nouveaux Horizons pour un montant de 196 342 $.

–          Plusieurs centaines de milliers de dollars investis grâce à différents programmes fédéraux.