Notre-Dame-de-Ham lance deux nouveaux programmes de subvention

Les citoyens de Notre-Dame-de-Ham bénéficieront, dès le 1er janvier, de deux nouveaux programmes qu’ont adoptés les élus lors de la séance de décembre du conseil municipal. Il s’agit de deux programmes de subvention, l’un pour la réduction de déchets et le second pour la stérilisation des chats.

Avec la politique de subvention pour la réduction de déchets, les résidents de la municipalité pourront économiser à l’achat de certains produits réutilisables, comme les couches lavables, les culottes et serviettes d’incontinence lavables, ainsi que les produits féminins d’hygiène (coupe menstruelle, culotte menstruelle, serviette menstruelle, protège-dessous lavable et applicateur pour tampon réutilisable).

« Ça répond à un besoin. C’était demandé. Une dizaine de citoyens nous en ont fait la demande », indique Geneviève Boutin, directrice générale greffière-trésorière.

En plus de répondre à un besoin, le programme, note-t-elle, a un impact environnemental en visant la réduction de l’enfouissement de matières résiduelles résidentielles et, par le fait même, une réduction de la facture pour la Municipalité. « Notre facture pour le traitement des matières résiduelles est tellement élevée, alors des projets de la sorte peuvent nous aider à réduire les coûts », souligne la DG.

Avec ce programme, les citoyens obtiendront un remboursement d’une valeur de 50% de leurs achats jusqu’à concurrence de 50 $ par période de deux ans par résident.

Les citoyens disposent d’une période de trois mois après l’achat pour effectuer leur demande de remboursement qui peut se faire en personne à l’hôtel de ville, par la poste ou bien par courriel à l’attention de la directrice à l’adresse dg@notre-dame-de-ham.ca

Le traitement des demandes s’effectuera par ordre d’arrivée, et ce, jusqu’à l’épuisement de l’enveloppe de 1000 $.

Selon la réponse de la population, la politique pourrait même être revue à la hausse éventuellement. « On analysera le tout et on bonifiera s’il y a lieu », fait savoir le maire Serge Tremblay.

Par ailleurs, la Municipalité continue d’offrir gratuitement des bacs de compostage à ses résidents.

Stérilisation des chats errants

Notre-Dame-de-Ham va aussi de l’avant avec une politique de subvention pour la stérilisation des chats, une idée du maire Serge Tremblay.

« À un certain moment, des citoyens se sont plaints d’un groupe de chats errants qui miaulaient et se battaient. Ils faisaient peur à certains. J’ai alors proposé l’idée », signale-t-il.

La nouvelle politique vise un meilleur contrôle de la population de chats errants non stérilisés pour éviter des problématiques qui en découlent.

Ainsi, les citoyens sont invités à participer au mouvement. Le programme municipal les aidera à économiser sur les frais de stérilisation.

Avec ce programme nommé Capture-stérilisation-retour, la Municipalité remboursera 50% du coût de stérilisation d’un chat jusqu’à un maximum de 40 $ pour un mâle et de 60 $ pour une femelle.

La Clinique vétérinaire de Victoriaville de la rue Gamache participe notamment au programme Catch and release avec un coût avantageux. « Il en coûte 88 $ pour la stérilisation d’un mâle et de 132 $ pour une femelle. Nous en payons presque la moitié », fait savoir le premier magistrat.

Il faut, bien sûr, être résident de Notre-Dame-de-Ham pour participer à ce programme. « Une fois le chat attrapé, et c’est relativement facile avec une cage appropriée et un peu de nourriture, les citoyens peuvent se rendre à la clinique vétérinaire de leur choix. De retour à la maison après la stérilisation, il faut attendre sept ou huit jours avant de libérer l’animal », explique le maire Tremblay.

Les résidents disposent par la suite de trois mois pour adresser leur demande de remboursement.

Dans ce programme aussi la Municipalité a déposé un montant de 1000 $. Les demandes de remboursement seront traitées par ordre d’arrivée jusqu’à épuisement des fonds.

« Comme citoyens responsables, avant même l’instauration du programme, on a procédé à la stérilisation de trois chats », indique Serge Tremblay qui invite à la prudence quand vient le temps de capturer un chat errant. « Certains peuvent manifester une certaine agressivité », prévient-il.

Les citoyens pourront aussi reconnaître les chats qui auront déjà été stérilisés. « Le vétérinaire stérilise l’animal et lui fait un petit tatouage sur le ventre. Si tu attrapes un tel chat, tu passes au suivant », suggère le maire.

Les politiques mises en place à Notre-Dame-de-Ham ne sont pas si fréquentes. La Municipalité souhaite pouvoir en inciter d’autres à en faire autant. « Nous souhaitons que de tels programmes se propagent, que d’autres municipalités s’en inspirent. Les bonnes pratiques, c’est intéressant de les partager », conclut le maire Serge Tremblay.