L’ex-directeur Sylvain Beaumier honoré pour ses loyaux services

Sylvain Beaumier a consacré plus de trois décennies de sa vie à servir sa communauté en tant que pompier, dont plus d’une quinzaine d’années à titre de directeur. Les pompiers, le maire de Sainte-Eulalie et président de la Régie de la Bulstrode, Gilles Bédard, et des membres de sa famille lui ont récemment rendu hommage pour tout le travail accompli.

Gilles Bédard a pris la parole, tout comme les filles de Sylvain Beaumier, de même que le nouveau directeur du Service de sécurité incendie, Stéphan Émond.

« L’héritage que Sylvain nous laisse, c’est 34 ans de service à la communauté et à la brigade, 34 ans aussi de sacrifices personnels et familiaux », souligne-t-il.

« À ses débuts, ajoute-t-il, la Régie n’existait même pas. Il a contribué à la mettre sur pied, à la bâtir et aujourd’hui, grâce à lui, elle jouit d’une réputation enviable. »

Sylvain Beaumier, a-t-il précisé aussi, a toujours été proche de son monde. « Il a toujours été là pour nous écouter, nous appuyer et nous développer. Il nous a permis de devenir de meilleurs pompiers.

Un incendie comme bougie d’allumage

En entrevue téléphonique, Sylvain Beaumier raconte qu’il est devenu pompier vers la fin de l’année 1988 à la d’un incendie qui a ravagé une boucherie. « J’ai constaté qu’ils étaient peu nombreux pour éteindre et que ça prenait une éternité », se souvient-il.

Peu après, il a rencontré le chef pompier de l’époque pour savoir s’ils avaient besoin de pompiers. On l’invite à une pratique où on lui explique le fonctionnement. Un apprentissage sur le tas, comme on dit. Les cours n’étaient pas à la mode. « On m’a donné un téléavertisseur en me disant : quand ça sonne, tu t’en viens, tu t’habilles et tu t’en vas au feu. Tu casses une vitre et tu arroses », relate le pompier retraité. « On ne sauvait pas grand-chose à l’époque », note-t-il

Les temps ont bien changé, heureusement, et les techniques ont évolué.

Sylvain Beaumier a servi comme pompier pour ensuite devenir lieutenant en 2005, fonction qu’il conservera jusqu’en 2007, moment où il est promu directeur à l’occasion de la mise en place de la toute nouvelle Régie de la Bulstrode regroupant quatre municipalités : Sainte-Eulalie, Aston Jonction, Saint-Samuel et Saint-Valère.

Le nouveau directeur trouvera les bons mots, les bons arguments pour convaincre les élus de remplacer un vieux camion Ford 1977 par deux nouveaux véhicules, un camion autopompe et une unité d’urgence. « Du même coup, tant qu’à investir, on s’est aussi doté du matériel de désincarcération », rappelle-t-il.

Au fil des ans, Sylvain Beaumier en a vu du feu, des petits comme des gros, des incendies de résidences et de bâtiments agricoles. Il a encore en mémoire l’incendie majeur d’un garage dans le parc industriel. « On a vécu aussi d’importants feux de forêt. Je me souviens aussi d’un feu de terre noire qui avait brûlé pendant une semaine », confie-t-il.

La présence des autoroutes 20, 55 et 955 à proximité amène également son lot d’interventions en désincarcération lors d’accidents de la route. « On ne sait jamais sur quoi on va tomber », note Sylvain Beaumier.

Certaines images peuvent rester en mémoire assez longtemps, admet-il. « Mais on a un travail à faire », dit-il avec philosophie.

Sylvain Beaumier n’a jamais regretté ce choix de devenir pompier, travail qu’il a accompli pendant plus de trois décennies. « Je n’ai pas manqué beaucoup d’interventions au cours de toutes ces années, souligne-t-il. En famille, par exemple, quand nous partions en camping, nous y allions toujours avec deux véhicules pour me permettre, au besoin, de répondre à un appel. »

S’il dit s’ennuyer quelque peu des interventions, ce n’est pas le cas, en revanche, de l’aspect administratif qui incombe au directeur, la paperasse et les rapports à produire.

Comme pompier, Sylvain Beaumier a toujours aimé l’adrénaline que le travail amène. Bien sûr, comme directeur, le travail est peut-être moins physique, mais la responsabilité est énorme. « Il faut faire en sorte que, quand on part à 20, on revienne avec le même nombre de pompiers », énonce-t-il.

Après tout ce temps, Sylvain Beaumier a fini par comprendre qu’il avait fait le tour du jardin, que le temps était venu de se retirer, d’autant que la relève était fin prête en la personne de Stéphan Émond.

« On fait ce travail parce qu’on aime ça. J’ai rencontré beaucoup de gens au fil du temps. J’ai pu connaître facilement, avec le roulement de personnel, pas moins d’une soixantaine de personnes. J’ai eu vraiment beaucoup de plaisir », conclut le retraité.

Autres honneurs

En plus de l’hommage au directeur retraité, la Régie de la Bulstrode a aussi tenu à souligner le départ à la retraite du lieutenant Mario Corriveau cumulant 27 ans de service.

De plus, le pompier Michel René s’est vu remettre la médaille du gouverneur général pour ses 30 ans de service.

La brigade de la Régie de la Bulstrode compte actuellement 18 pompiers. « On vient d’en accueillir trois nouveaux qui se joignent à la brigade », a fait savoir le directeur Émond tout en rappelant aux intéressés que son service demeure en période de recrutement.