Carte électorale : Saint-Rosaire et Saint-Louis-de-Blandford se retrouveraient dans Nicolet-Bécancour

Les municipalités de Saint-Rosaire et de Saint-Louis-de-Blandford quitteraient la circonscription d’Arthabaska pour se retrouver dans le comté de Nicolet-Bécancour. Voilà un des changements que propose la Commission de la représentation électorale dans son rapport déposé, mardi, concernant la délimitation des circonscriptions électorales du Québec.

Si cette proposition est retenue, le nombre d’électeurs dans Arthabaska passerait de 62 296 à 60 791, ce qui viendrait réduire de 22,9% à 19,9% son écart par rapport à la moyenne.

Cela ferait en sorte que l’écart du comté de Nicolet-Bécancour passerait de -17,6% à -14,6%.

Une autre modification proposée permettrait à la circonscription de Drummond-Bois-Francs d’accueillir toutes les municipalités de la MRC des Sources (Danville, Val-des-Sources, Ham-Sud, Saint-Adrien, Saint-Georges-de-Windsor, Saint-Camille et Wotton) qui se trouvent actuellement dans Richmond.

Drummond-Bois-Francs augmenterait ainsi son écart par rapport à la moyenne de 5,2% à 15,6%.

Dans son analyse, la Commission identifie une zone à forte croissance du nombre d’électeurs, d’où son intention d’ajouter une 12e circonscription  baptisée Marie-Lacoste-Gérin-Lajoie pour rappeler la mémoire d’une pionnière du mouvement féministe qui a milité pour l’obtention du droit de vote des femmes au Québec et qui a fondé le Comité provincial pour le suffrage féminin.

Cette nouvelle circonscription comprendrait notamment le territoire de l’ancienne municipalité de Saint-Nicéphore.

Pour la Commission, sa proposition rend le nombre de circonscriptions de l’Estrie-Centre-du-Québec équivalent à son poids électoral dans l’ensemble du Québec et améliore, selon elle, l’équilibre du nombre d’électeurs tout en assurant la pérennité à long terme. « Elle respecte également le sentiment d’appartenance des citoyens et citoyennes à leur milieu de vie ainsi que les limites naturelles et administratives du territoire », peut-on lire.