Hélène Provencher tourne la page

Hélène Provencher tourne la page

Hélène Provencher profite d'une retraite bien méritée.

Après 35 ans à la barre de la bibliothèque municipale de Saint-Valère, Hélène Provencher vient de tirer sa révérence et profitera d’une retraite bien méritée. Ses projets : continuer à lire bien entendu.

C’est en compagnie de sa successeure Marlène Chouinard, à la bibliothèque, qu’Hélène a voulu faire l’entrevue annonçant son départ. Depuis le 30 septembre, elle a remis ses clés, mais garde encore à cœur cette bibliothèque qu’elle a mise sur pied en 1980 (à l’école primaire avec trois autres dames de l’AFEAS) et qu’elle a déménagée dans le complexe municipal en 2004. Même qu’elle était un peu émue de remettre les pieds dans cet endroit où elle a passé tant d’heures…

«Je voulais occuper les jeunes et j’adore lire. Je souhaitais que les enfants lisent aussi», souligne-t-elle pour expliquer les raisons qui l’ont poussée à se lancer dans cette aventure, il y a 35 ans.

Agente de pastorale scolaire à l’époque, elle voyait bien que les jeunes profiteraient de ce genre de lieu. Hélène a alors pris des informations dans une municipalité voisine et fait les démarches pour démarrer, avec un budget de 500 $, cette bibliothèque au 3e étage de l’école primaire, dans trois locaux différents.

«Un conseiller m’avait dit que ça ne valait pas la peine de partir ça, que ça ne durerait que deux ans. J’ai voulu relever le défi», se souvient-elle en souriant. Aujourd’hui, la bibliothèque est en bonne santé et dispose de 15 000 livres (dont 8000 appartiennent à la bibliothèque). De nombreuses activités y sont organisées et c’est devenu le lieu de rendez-vous des petits et des grands avec près de 350 abonnés (sur une population de 1300 personnes).

Depuis le déménagement au complexe municipal, Mme Provencher a aussi ajouté à ses tâches l’organisation d’expositions dans la salle municipale, question de donner la chance à des artistes de montrer leur travail.

Et elle n’a jamais ménagé les efforts pour plaire à la clientèle. «Pendant 25 ans, j’ai ouvert le dimanche matin après la messe», se rappelle-t-elle.

Hélène a également accepté d’ouvrir les portes de la bibliothèque, en dehors des heures prévues, pour répondre à la demande d’un prof de l’école qui voulait y amener ses élèves afin qu’ils aient plus de choix dans leur moment de lecture. «J’avais 108 élèves aux deux semaines qui sortaient trois livres chacun», se rappelle-t-elle.

Mais ça valait la peine, juste pour voir les jeunes entrer dans le local et se précipiter vers leur coin avec un livre, bien installés. La bibliothécaire se souvient aussi de plusieurs «réguliers» et leurs petites habitudes. «Il y avait M. Vigneault qui venait et retournait les livres pour savoir où il était rendu. Quand il partait, je passais en arrière et remettait les livres à l’endroit», se souvient-elle.

Ces 35 années ont passé rapidement, Hélène Provencher étant toujours bien occupée à trouver des façons de plaire aux habitués. «Ce que je retiens de ces années, c’est l’amour des livres et l’aspect social avec les bénévoles et les abonnés.»

Son travail a aussi été reconnu puisqu’elle a reçu, en 2014, la médaille du lieutenant-gouverneur, récompense qu’elle montre fièrement et qui vient confirmer son engagement à Saint-Valère. «Pas si pire pour une fille qui a laissé l’école au milieu de la 4e année», dit-elle fièrement (elle a repris les études à l’âge adulte).

Aujourd’hui, à 73 ans, elle aurait aimé continuer quelques années. Mais elle explique qu’un conflit à l’interne l’a poussée à prendre sa retraite. Pas de regrets toutefois puisqu’elle sait que «sa» bibliothèque est entre bonnes mains. «Je veux aussi souligner que sans mon mari, Jean-Guy, je n’aurais jamais pu faire tout ça», apprécie-t-elle.

Poster un Commentaire

avatar