Hausse du nombre de donneurs et de personnes transplantées

Hausse du nombre de donneurs et de personnes transplantées

Crédit photo : gracieuseté

Transplant Québec est fier d’annoncer que 510 personnes ont pu être  transplantées grâce à la générosité de 182 donneurs d’organes et de leur famille. En conséquence, la liste d’attente a diminué pour une 6e année consécutive; 786 personnes étaient inscrites au 31 décembre 2017.

«Un travail colossal a été réalisé jusqu’à maintenant pour favoriser le don d’organes et de tissus au Québec; le bilan 2017 en est une preuve des plus éloquentes. Ces résultats sont encourageants et nous pouvons être fiers du chemin parcouru», a souligné Jean Gravel, président du conseil d’administration de Transplant Québec.

Toutefois, comme l’a précisé Louis Beaulieu, directeur général de Transplant Québec, «il reste encore beaucoup à accomplir au plan de la formation des professionnels de la santé, de l’organisation des services et des programmes en don d’organes dans les hôpitaux et de l’éducation du grand public si l’on veut atteindre nos objectifs de résultats. En 2021, nous visons 220 donneurs décédés par année pour 700 personnes transplantées et une diminution marquée de la liste d’attente. L’atteinte de ces objectifs sera possible dans la mesure où des investissements de quelques millions seront consentis pour générer plusieurs millions d’économies récurrentes annuellement. Investir en don d’organes, c’est rentable pour la société».

Faits saillants 2017

Une augmentation du nombre de donneurs décédés (182 donneurs) comparativement à 2016 (170 donneurs); c’est 50% de plus par rapport à 2012 (120 donneurs).

Une augmentation du nombre de personnes transplantées : 510 (par rapport à 480 en 2016). Au total, ce sont donc 2442 personnes qui ont été transplantées en 5 ans (au cours des années 2013 à 2017), ce qui représente une moyenne de 488 personnes par année.

Une diminution du nombre de personnes en attente d’une transplantation. Depuis 2011, le nombre des personnes en attente a diminué de près de 40% (passant de 1264 à 786 en 2017), ce qui représente près de 500 personnes de moins sur la liste d’attente.

Une diminution cette année de près de 60% du temps d’attente pour un rein par rapport à 2012, passant de 1220 jours à 493 jours.

Une estimation de l’ordre de 17 M $ d’économies nettes récurrentes annuellement générées pour le système de santé québécois, uniquement en 2017, en raison de la performance du Québec en don d’organes. Mentionnons à titre d’exemple les 340 greffes de rein (provenant des donneurs décédés et des donneurs vivants) réalisées au cours de l’année. De plus, puisqu’une personne sur deux greffée d’un rein reprend une vie active1, les dividendes pour la société sont considérables, sans compter les bénéfices sur le plan humain.

 

Poster un Commentaire

avatar