Agression armée : elle fonce en triporteur sur un travailleur

Agression armée : elle fonce en triporteur sur un travailleur
* (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

 Les policiers de la Sûreté du Québec du poste de la MRC d’Arthabaska ont procédé, jeudi avant-midi, à l’arrestation d’une sexagénaire qui aurait volontairement foncé avec son triporteur sur un travailleur.

Les événements se sont produits vers 9 h 40 sur la piste cyclable du Parc linéaire des Bois-Francs à la hauteur de la route Kirouac à Warwick.

« Le travailleur s’affairait à couper des arbres en bordure de la piste, ce qui entravait légèrement la circulation. La dame, qui voulait passer, aurait à quelques reprises foncé sur l’homme », a relaté la sergente Audrey-Anne Bilodeau du Service des relations médias de la SQ.

Le travailleur n’a pas subi de graves blessures. D’ailleurs, il ne souhaitait pas la présence des paramédics.

Informés de l’incident, les policiers ont rapidement localisé la femme âgée de 60 ans, moins d’une dizaine de minutes après l’appel. Ils ont procédé à son arrestation.

Un dossier sera soumis à un procureur aux poursuites criminelles et pénales qui l’analysera afin de décider de la suite des choses. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
8 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
jean-Pierre Dubois
jean-Pierre Dubois
1 mois

un caractère de cochon, enlevez lui son permis.

C B
C B
1 mois
Répondre à  jean-Pierre Dubois

Elle n.a pas de permis donc elle peut faire ce qu’elle veut car tout leur ai permis à ces gens-la dont leur cerveau n’est pas plus gros qu’un dix sous.

Fremich
Fremich
1 mois

Était-elle dans son état normal?

Pierre
Pierre
1 mois

Sérieux ! Le cas est réfèré à la DPCP ! Ben voyons donc! Une bonne contravention salée aurait fait le travail ….

Gilles
Gilles
1 mois
Répondre à  Pierre

Heu, non, il s’agit d’une agression en bonne et dû forme, pas juste d’une transgression au code de la route ou à quelque chose du même genre!

Martse
Martse
1 mois

C’est qui. Qui c’est son nom

Melanie Larrivee
Melanie Larrivee
1 mois

Bien faut croire que la rage au volant c est contagieux….¹ nous avons les trottoirs pour les piétons, les rues pour les camions les autos et les motos… les pistes cyclable pour les vélos … mais avec les triporteurs et les quadriporteurs qui sont de plus en plus nombreux nous devons trouver une solution rapidement !! Eux aussi devraient avoir une route désignée… avec des feux de circulation au minimum pour remettre un peu d ordre (et de courtoisie) pour tous et chacun SVP

Catou Laramee
Catou Laramee
1 mois

Je suis la sexagénaire dont parle votre article.
J’ai pris connaissance de votre article à mon sujet et vous ne pouvez être plus loin de la vérité.
Alors voici ma version des faits: Le 13 octobre dernier je me rendais à Victoriaville pour un rendez-vous médical. La piste cyclable indiquait qu’elle était fermée pour travaux. 
La route Kirouac étant trop dangereuse pour que je puisse l’emprunter en triporteur, j’ai donc déplacé une barrière de type chevalet pour pouvoir passer par la piste cyclable. Ayant des problèmes de santé physique, j’ai eu de la difficulté à pousser la barrière. Il va donc sans dire que je n’étais pas capable de la replacer.
Tout d’un coup, un camion pick-up est arrivé face à moi et un homme en est descendu laissant sa portière ouverte. 
Cet homme m’a engueulé pcq je n’avais pas replacer sa barrière. J’ai eu beau lui dire que j’en étais pas capable que lui s’en foutait. 
Avec son cellulaire il a commencé par me prendre en photo pour ensuite me filmer. 
Tout ce temps il se tenait devant moi m’empêchant de passer et cela a duré un très gros 10 minutes. Se faisant il a donné un bon coup de pied sur l’aileron de ma roue avant et cela a brisé l’aileron et fait tomber un morceau important sur le devant de mon triporteur.
Il ne cessait de me dire des bêtises et de m’insulter, il m’a même donné une claque à la figure pour me faire perdre ma cigarette que j’avais aux lèvres tout en me disant à maintes reprises qu’il appellerait la police mais il ne le faisait pas car il continuait de me filmer. 
C’est alors que je me suis mise à avancer de quelques pouces seulement et à plusieurs reprises pour le faire reculer, ce qu’il a fait. Dès qu’il fut acculé à la portière du camion c’est seulement à ce moment que je suis arrivé à le contourner pour continuer ma route.
En aucun cas mon triporteur a touché à cet homme, je m’en assurais.

J’ai bien voulu porter plainte contre cet homme mais je me suis dit que je le ferais après mon rendez-vous.
Lors de ma mise en accusation, l’avocate à qui j’ai parlé m’a conseillé d’attendre de voir mon avocat avant de porter ma plainte pour éviter de parler au policier sur le moment.

Pour terminer, tout le long de cet incident j’étais très angoissée, nerveuse et apeurée. Une fois que j’ai pu continuer ma route, je n’arrêtais pas de pleurer jusqu’à ce que le policier arrive.

Voilà comment l’incident s’est passé et en aucun cas  Le travailleur s’affairait à couper des arbres en bordure de la piste.
De plus, la sergente Audrey-Anne Bilodeau ne peut relater un fait dont elle n’a pas été témoin.