Enfin un poste d’ombudsman

Enfin un poste d’ombudsman

Le maire de Victoriaville André Bellavance avec des représentants de Développement et paix

Crédit photo : gracieuseté

Après plus de 10 ans de mobilisation, Développement et paix enregistre une victoire. En effet le 17 janvier 2018, le gouvernement canadien annonçait la création d’un poste d’ombudsman pour surveiller les pratiques néfastes des compagnies extractives à l’étranger. Pas moins de 500 000 Canadiens et Canadiennes ont dénoncé ces agissements et appuyé les autres campagnes. Développement et Paix s’est fait leur porte-parole aux côtés d’autres organismes canadiens.

Quatre organisations des Nations-Unies ont demandé au Canada de tenir les compagnies canadiennes imputables de leurs opérations. Un appel de la Commission interaméricaine des droits de l’homme a demandé au Canada d’adopter de mesures pour prévenir les violations des droits humains. En juin 2016, 180 organisations d’Amérique latine ont signé et envoyé une lettre au premier ministre Trudeau demandant à ce qu’on donne suite à la promesse de la création d’un poste d’ombudsman.

Déjà en 2007-2008, la campagne d’automne portait sur la problématique de l’exploitation minière à l’étranger. 200 000 cartes furent signées alors, dont 59 000  au Québec et 4000 dans le diocèse de Nicolet. Les députés des 4 circonscriptions couverts par le diocèse de Nicolet furent rencontrés régulièrement au cours de ces années pour les sensibiliser aux problématiques des droits humains et à l’environnement, sans tenir compte de leur allégeance politique. Nous avons toujours été accueillis dans le respect et la convivialité.

Malgré les actions constantes, l’objectif n’était pas atteint. Le 30 septembre 2013, Développement et Paix lançait une deuxième campagne : «Une voix pour la justice». Cette campagne a atteint son point culminant le 14 mai 2014 lors du dépôt de plus de 80 000 cartes devant le parlement à Ottawa. Deux membres de notre diocèse étaient présents sur la colline parlementaire. Lors de cette campagne, notre diocèse a pu déposer 3000 cartes signées dans l’ensemble des quatre circonscriptions.

Ce résultat tant attendu à travers toutes ces années fut rendu possible grâce aux 13 000 membres qui donnent de leur temps pour sensibiliser la population canadienne dans tous les diocèses catholiques du Canada. Un merci à toute la population qui nous appuie depuis de nombreuses années. Nous pouvons aussi nous féliciter, en tant que diocèse, de nous situer dans les premières places pour le nombre de cartes signées lors de chacune des campagnes et aussi pour les sommes amassées lors de la collecte du Carême de partage.

«J’applaudis chaleureusement à cette annonce après toutes ces années de représentation auprès du gouvernement canadien lui rappelant l’urgence d’agir face aux comportements irresponsables de certaines compagnies minières canadiennes à l’œuvre dans des pays du Sud. Populations chassées de leurs lieux résidentiels, eaux et terres polluées, travail des enfants, effritement du tissu social, conflits armés en sont de désastreuses conséquences. Développement et Paix veillera à ce que cet ombudsman accomplisse un travail efficace pour que ces communautés puissent vivre chez elles en toute dignité», indique Micheline St-Arneault, présidente du Conseil diocésain de Développement et Paix, diocèse de Nicolet (Victoriaville),

Pour avoir de plus amples informations, vous pouvez consulter le site de Développement et Paix ou les membres de votre paroisse.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar