Des Sud-Coréens visitent Gesterra

Des Sud-Coréens visitent Gesterra

La délégation sud-coréenne a visité des entreprises en Ontario et au Québec lors de son passage au Canada.

Crédit photo : www.lanouvelle.net

Une délégation gouvernementale de la Corée du Sud a visité le site de gestion des matières résiduelles de Gesterra situé à Saint-Rosaire vendredi matin. Pour l’entreprise, cette réception représente une véritable marque de reconnaissance envers son travail.

Les membres du «Local Government Officials Institute» de la Corée du Sud, relevant du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, ont profité de leur passage au Canada pour visiter quatre entreprises. Prenant part au «Junior Leader Program G5», les 18 gestionnaires de gouvernements locaux ont ainsi eu l’occasion de parfaire leurs connaissances et leurs compétences. Après l’Ontario, ils ont poursuivi leur route au Québec pour finalement se rendre aux États-Unis.

«Depuis les dernières années, Gesterra agit pour se démarquer et s’affirmer en tant que chef de file au Québec en gestion globale des matières résiduelles. Que nous ayons été inclus dans l’itinéraire de cette délégation étrangère démontre que nos actions innovantes méritent d’être soulignées», mentionne le directeur général de l’entreprise, Charles Lemieux, par voie de communiqué. De passage à Drummondville au moment de la visite, il a dû s’en absenter.

Par l’intermédiaire d’un interprète, les indications aux invités lors du trajet en autobus sur le site de Gesterra ont été données par le coordonnateur à la recherche de l’entreprise, Colin Jacob-Vaillancourt. Il s’est notamment fait un plaisir de leur apprendre que le bac brun est implanté dans la MRC d’Arthabaska depuis plus de 20 ans. Il a aussi souligné la récente construction d’une usine de traitement des eaux. Celle-ci devrait être en fonction dès le mois d’août.

«Le fait qu’on se soit fait approcher par une délégation spécialisée dans divers domaines de l’environnement, c’est une belle marque de reconnaissance», remarque M. Jacob-Vaillancourt.

De possibles retombées

Dans l’idée d’explorer de potentielles collaborations à l’international pour le réseau Vertech City, dont la Ville de Victoriaville fait partie, le microbiologiste Simon Barnabé était présent à la visite. À la toute fin, il a eu l’occasion d’adresser quelques mots à l’ensemble du groupe.

«Dernièrement, on s’était dit qu’on voudrait se joindre à une ville en Asie et on avait une occasion idéale pour explorer ça avec des représentants municipaux de différentes villes de la Corée du Sud», souligne le professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

L’intérêt de certains gestionnaires de gouvernements locaux laisse croire que de futures collaborations pourraient émaner de cette visite. De nouvelles idées seraient ainsi échangées.

Poster un Commentaire

avatar