Des plantes comestibles à partager dans les aménagements de la Ville de Plessisville

Des plantes comestibles à partager dans les aménagements de la Ville de Plessisville

La Ville de Plessisville cultive cette année des plantes comestibles à même ses aménagements paysagers municipaux pour promouvoir le développement durable. Les citoyens pourront se servir librement une fois que les fruits, légumes et fines herbes seront prêts à être récoltés.

Crédit photo : gracieuseté

Toujours à la recherche de nouvelles initiatives pour promouvoir le développement durable et les saines habitudes de vie sur son territoire, la Ville de Plessisville cultive cette année des plantes comestibles à même ses aménagements paysagers municipaux.

Dans une dizaine d’aménagements situés sur les principales artères du centre-ville, à l’hôtel de ville et au Carrefour de L’Érable, une variété de fruits, de légumes et de fines herbes ont ainsi été plantés à l’intention des citoyens. Ces derniers peuvent se servir librement une fois que les fruits, légumes et fines herbes sont prêts à être récoltés.

«Notre service du développement durable s’est inspiré de la démarche des Incroyables Comestibles pour intégrer certains concepts de l’agriculture urbaine à notre réalité», explique Mario Fortin, maire de la Ville de Plessisville.

Né au Royaume-Uni, le mouvement Incroyables Comestibles (Incredible Edible) est animé par l’idéal de nourrir l’humanité de façon saine pour l’homme et pour la planète, localement et en suffisance. «Cette première initiative est modeste, mais devant l’engouement manifesté par les citoyens, nous avons déjà des idées en tête pour bonifier le projet l’an prochain.»

Tomates cerises, haricots, fraises, chou Kale, bette à carde, cerises de terre, ciboulette, basilic, persil et capucines (fleurs comestibles) sont actuellement cultivés par Marc Bédard, horticulteur de la Ville de Plessisville, qui utilise des engrais biologiques pour assurer la saine croissance de ses aménagements.

Des amélanchiers, dont les baies sont aussi comestibles, sont également entretenus à certains endroits de la ville, notamment près de l’aire de repos du barrage de la rivière Bourbon, au stationnement de la Place du Centre et au Carrefour de L’Érable.

M. Bédard prévoit le remplacement de plusieurs plantes ornementales par des plantes comestibles au fil des prochaines années, évoquant entre autres la présence future de bleuets, de camerises et de thé des bois dans les aménagements paysagers municipaux.

 

Poster un Commentaire

avatar