Une exposition évolutive proposée pour voir les friches autrement 

Dans le cadre du projet « Friches », quatre artistes sont invités à explorer une facette méconnue du territoire régional. À travers des résidences in situ sur des terrains en friche, les artistes enrichiront l’exposition et alimenteront la discussion tout au long de l’été. L’exposition, accompagnée d’ateliers et de plusieurs activités, est présentée au Centre d’art Jacques-et-Michel-Auger jusqu’au 2 septembre.

Mériol Lehmann, Karine Locatelli, Angela Marsh et Sonia Reboul partagent un intérêt pour les friches qu’il et elles explorent avec des médiums divers. Ces artistes séjournent à tour de rôle dans la région. Leurs projets de création se développent au fil d’un va-et-vient entre l’espace ouvert et indiscipliné de la friche et le cube blanc de la galerie d’art. Ainsi, composée d’abord avec des oeuvres existantes, l’exposition évoluera et se transformera avec le temps. 

Conçu par la directrice Dominique Laquerre, qui agit cette fois à titre de commissaire, le projet « Friches » veut offrir un terrain propice à des créations qui s’inscrivent dans une certaine durée. « Friches » veut également susciter des rencontres et des discussions autour de questions aussi importantes que l’aménagement du territoire, la mise en valeur de la biodiversité, la relève et l’approvisionnement local. Qualifiées de terres « de peu de valeur », les friches forment pourtant une proportion significative des paysages des environs de Victoriaville. La désaffection de ces terres est accompagnée d’un appauvrissement du tissu social. Toutefois, les friches se révèlent être aussi des havres de biodiversité qui suggèrent d’autres manières de travailler aujourd’hui avec le territoire. 

Les artistes

Ayant lui-même grandi sur une ferme, Mériol Lehmann s’intéresse aux transformations des milieux humains et des paysages ruraux modelés par le développement de l’agriculture industrielle et les politiques d’aménagement du territoire. Sa pratique multidisciplinaire croise la photographie, l’art audio et la vidéo. Karine Locatelli recherche ces amoncellements de roches qui, dans le paysage, témoignent d’un labeur oublié. Karine Locatelli, Angela Marsh et Sonia Reboul mettent de l’avant l’humilité et la lenteur exigées par le dessin pour diriger l’attention sur des détails qu’un regard pressé ne saurait voir. Angela Marsh s’intéresse aux plantes et à leur fascinante fonction écosystémique de régénérer des milieux perturbés. Ses tapisseries, patiemment composées d’échantillons végétaux cousus dans les bulles de pellicules d’emballage, évoquent la fragilité et la notion de soin. Sonia Reboul transforme en trésors hybrides et poétiques des éléments trouvés dans les friches. Elle ouvre la porte sur une conception du monde moins polarisée, où nature et culture sont interdépendants. 

« Friches » se veut une occasion de belles rencontres entre les artistes et la population tant avec les résidences, qu’avec l’exposition et les ateliers pour enfants, adultes et familles qui seront annoncés prochainement. Une table ronde réunissant acteurs du milieu, scientifiques et artistes sera également présentée à la fin août de même qu’un finissage tout à fait inusité. Parce qu’il s’agit d’un projet en évolution, il est important de consulter les annonces sur le site Internet du centre d’art ainsi que dans les médias. « Friches » est une exposition que les gens voudront visiter plus d’une fois cet été. 

« Friches » se déroule en partie sur des terrains publics et privés grâce à l’aimable collaboration des propriétaires. Outre le soutien de ses partenaires habituels, le centre d’art bénéficie, pour ce projet, de l’aide du programme Manifestation du Conseil des arts et des lettres du Québec. L’exposition « Friches » est présentée au Centre d’art Jacques-et-Michel-Auger, au rez-de-chaussée du Carré 150, jusqu’au 2 septembre. Notez l’horaire d’ouverture estival : mercredi de 9 h à 17 h; jeudi et vendredi de 9 h à 20 h, samedi de 11 h à 17 h ainsi que les soirs de spectacles. Le centre est fermé le 24 juin et le 1er juillet. Entrée libre.