La Cantine : un recueil signé par les Auteures inconnues

Parce qu’elles ont décidé de faire la route ensemble afin de participer à des événements littéraires un peu partout à travers la province, cinq auteures de la région en sont venues à signer un premier recueil de nouvelles intitulé : La Cantine.

Elles se font même appeler les Auteures inconnues, inspirées par Myriam Plante, une des cinq, qui n’a pas hésité à s’auto-identifier de cette façon sur un t-shirt. C’est donc au cours d’un trajet en fourgonnette que quatre d’entre elles sont passées devant la cantine inspiratrice. « Il y avait une grande affiche annonçant une salle à manger. On se demandait où elle pouvait bien être dans un si petit bâtiment », ont expliqué trois d’entre elles, soit Nicole Gauthier, Josée Doucet et Mélissa Laurendeau. Il n’en fallait pas plus pour qu’elles se lancent dans de grandes spéculations et d’histoires abracadabrantes qui ont finalement mené à l’idée d’en faire le thème d’un recueil de nouvelles.

Aux trois se sont ajoutés Myriam Plante et Marilyne Laurendeau pour former le quintette littéraire des Auteures inconnues ou en voie d’être connues, selon le côté du t-shirt qu’on regarde. 

Chacune s’est donc mise au travail afin d’écrire deux nouvelles et ainsi compléter le recueil, publié à compte d’auteur, d’un peu plus de 200 pages. En tout, on y retrouve 10 textes de différents styles, mais qui s’inspirent tous de la cantine mystérieuse. « Il n’y avait pas d’autres contraintes que le thème », ont-elles expliqué.

Pour les cinq, l’expérience de partager tout le travail lié à l’édition du livre, qu’on peut déjà précommander, aura été très motivante et agréable. « On l’a fait pour avoir du fun, tout simplement », résument-elles. Chacune a mis de l’avant ses forces et toutes sont mises en valeur dans le résultat final. Elles ont même fait quelques vidéos sur le projet, diffusées sur les réseaux sociaux, qui ont été appréciées de plusieurs et qui font en sorte que la sortie du livre (qui sera disponible notamment sur Amazon) est attendue de beaucoup de lecteurs. 

D’ailleurs, ceux qui en font la précommande jusqu’au 24 janvier auprès d’une ou l’autre des auteures pourront venir le chercher lors du Salon Passager qui aura lieu au pavillon Arthabaska le 17 février entre 10 et 17 h. 

Et le plus drôle dans toute cette histoire, c’est qu’elles ont refait le trajet qui avait mené à la cantine inspiratrice sans toutefois être en mesure de la retrouver… Le mystère perdure encore aujourd’hui. « Ceux qui vont le lire ne regarderont plus leur poutine de la même façon », annoncent-elles.