Alexandre Marcoux voué à un brillant avenir

Alexandre Marcoux voué à un brillant avenir

Alexandre Marcoux#

Crédit photo : gracieuseté

À peine âgé de 14 ans, le Victoriavillois Alexandre Marcoux fait tourner les têtes dans le monde du soccer un peu partout. Même s’il est encore très jeune, la perspective d’une carrière professionnelle dans ce sport semble bel et bien envisageable pour cet attaquant.

«Je suis un attaquant assez rapide avec une bonne vision du jeu. J’ai aussi un bon instinct de finisseur, car je peux marquer des buts. Je suis également capable de lancer des deux pieds et de faire une bonne distribution de balle pour mes coéquipiers», a souligné le principal intéressé.

«La qualité que je préfère, c’est sa première touche de balle. Lorsqu’il reçoit un ballon, il est toujours bien contrôlé. C’est très facile pour lui d’enchainer une action. C’est ce qui fait sa force, car il peut développer sa vitesse explosive. L’autre qualité majeure qu’il a, c’est la qualité exceptionnelle de ses deux pieds. Il peut frapper de la droite et de la gauche. Sa vision et sa compréhension du jeu sont également excellentes. Au niveau mental, je me plais à dire qu’il a du Christiano Ronaldo dans le nez, car il veut toujours être le meilleur tout en étant critique envers lui-même», a fait valoir son entraîneur chez l’Optimum de Victoriaville, Pascal Garneau.

En plus de ses habiletés sur le terrain, Marcoux peut déjà miser sur une vaste expérience. «Il y a plusieurs choses dans son bagage. À l’âge de 11 ans, il a joué au Mondialito, un tournoi international qui se déroulait au Portugal. La première année, il a joué contre l’Académie du Sporting de Lisbonne. L’année suivante, il est retourné au Mondialito pour une autre équipe. La compétition se déroulait en Espagne cette fois-là et il a pu jouer contre l’Académie du PSV Eindhoven. Il a aussi pris part, en compagnie de notre équipe, à la Coupe Nutrilait, un tournoi international organisé par l’Académie de l’Impact», a ajouté Garneau.

L’un des beaux projets de l’Optimum

Dans le cas de la structure de développement de l’Optimum, ce jeune joueur talentueux est l’un des plus beaux projets dans l’histoire de l’organisation. «C’est un exemple de développement de joueur de haut niveau et de qualité. Alexandre a suivi le processus régulier d’un joueur à Victoriaville dès l’âge de 9 ans. À partir du niveau U12 AA, il a été invité au centre de développement régional. Il a participé aux Jeux du Québec en tant que joueur surclassé pour le Centre-du-Québec. Même en tant que surclassé, il a bien fait. Les entraîneurs de la Fédération de soccer du Québec l’ont alors invité à venir faire les camps des équipes provinciales», a expliqué Garneau.

Après avoir été retranché une première fois par les équipes du Québec, Marcoux a été en mesure de s’y tailler une place lors de l’année suivante. Cela lui a permis de prendre part à quelques matchs amicaux contre l’équipe de l’Ontario. Il y avait notamment des recruteurs d’Équipe Canada ainsi que des recruteurs des académies de l’Impact de Montréal et du Toronto FC. «Il avait réussi à bien performer en marquant l’un des quatre buts du Québec lors du tournoi. Il a réussi à peaufiner son jeu offensif et défensif. Ça lui a valu d’être sollicité par le Centre national de haute performance afin de s’entraîner là-bas (les meilleurs joueurs du Québec y sont regroupés).»

Un avenir chez les pros

Marcoux ne s’en cache pas, devenir un joueur professionnel est une avenue qu’il affectionne tout particulièrement. Le fait qu’il soit au Centre national de haute performance et que l’Académie de l’Impact le garde à l’œil laisse présager de belles choses. «Mon but, ce serait de gagner ma vie en jouant au soccer. J’aimerais aller jouer en Europe ou ailleurs. J’ai aussi eu beaucoup de contacts avec l’Académie de l’Impact et ça pourrait être intéressant», a mentionné celui qui a joué comme milieu latéral droit pour les équipes du Québec.

Selon l’entraîneur Garneau, Marcoux a bel et bien le potentiel pour réaliser ses rêves. «Il est clair qu’Alexandre a les aptitudes pour jouer au niveau professionnel. Dans sa tête, c’est clair qu’à 18 ans, il part jouer en Europe. Il y a déjà quelques gérants d’athlète qui regardent ce qui se passe avec lui.»

Une bonne année avec l’Optimum

Au cours de la dernière saison, Marcoux et sa bande ont réussi à qualifier l’Optimum de Victoriaville pour le niveau AAA, une première en plus d’une dizaine d’années. «Ça a été une bonne année. Nous avons réussi à nous qualifier pour le U15. J’ai aussi été invité au Centre national de haute performance.»

Au cours de la prochaine saison de soccer, Marcoux va demeurer dans le giron de l’Optimum avec qui il jouera 26 parties contre les meilleures formations du Québec. Avant ça, il ira également jouer au Portugal à compter du 28 septembre avec l’équipe qui a remporté les Championnats québécois de soccer. Ils seront alors confrontés à des club-écoles de formations européennes.

Poster un Commentaire

avatar