Tuyaux gelés : une trentaine d’appels à la Ville de Plessisville

PLESSISVILLE. Une trentaine de résidences situées sur le territoire de la Ville de Plessisville ont été privées d’eau potable au cours des trois dernières semaines en raison de tuyaux gelés.

«L’an dernier, nous n’avions reçu aucun appel», d’indiquer le directeur général de la Ville de Plessisville attribuant cette situation au froid exceptionnel qu’a connu le Québec au cours du mois de février 2015 considéré comme le plus glacial dans son histoire.

La Ville de Plessisville a déjà dépensé une somme de 15 000 $ pour le déglaçage des tuyaux qui s’effectue à l’aide d’un système à l’eau chaude ou encore à l’aide d’un système électrique.

«Notre objectif est bien sûr de dégeler les tuyaux afin de rebrancher les résidences sur le réseau d’aqueduc», de faire savoir M. Desjardins précisant que les résidences concernées peuvent tout de même avoir accès à de l’eau, pendant la durée des travaux, alors qu’on les relie à une résidence voisine.

Au cours des dix dernières années, la moyenne de résidences aux prises avec cette problématique a tourné autour de deux ou trois par année. «Comme nous en avons eu plusieurs cette année, c’est certain que nous allons analyser la situation dès ce printemps. Nous allons vérifier par caméra les secteurs visés de notre réseau pour comprendre ce qui s’est passé et pour corriger la situation», de dire le directeur général.

La Ville de Plessisville n’est d’ailleurs pas la seule à vivre cette problématique cette année. La Ville de Montréal a par exemple enregistré dix fois plus de plaintes cette année que l’an dernier.

Il n’y a pas eu quorum

La séance publique du conseil municipal prévue le 2 mars a dû être reportée au 9 mars parce qu’il n’y a pas eu quorum. Le promaire Gaétan Blier et les conseillers Martine Allard et Jean-Félipe Nadeau étaient les seuls présents.

Le nouveau maire, Mario Fortin, était évidemment absent en raison d’un voyage humanitaire en Haïti avec un groupe de l’école qui était prévu depuis longtemps.

Selon le greffier et directeur général adjoint, René Turcotte, celui-ci se rappelle d’avoir vécu une situation similaire à seulement deux reprises dans les années ’80 et ’90.

Après avoir ajourné la séance, le conseil a néanmoins tenu à répondre aux questions de citoyens dans la salle qui ont porté sur la problématique des tuyaux gelés ainsi que sur l’éventuelle fermeture de la rue Saint-Calixte et sur son projet de conversion du réseau d’éclairage public à la technologie DEL.