Rémunération : les élus de Warwick font leur effort

C’est au cours de la séance du conseil du mois de décembre que les élus de la Ville de Warwick ont adopté une résolution afin de limiter leur hausse de rémunération à 2% pour l’année 2023 alors qu’ils auraient pu obtenir 5.1%.

C’est que l’indexation est calculée selon l’indice des prix à la consommation (IPC), donc l’inflation. « Pour aider au niveau du budget municipal, les élus ont voulu participer aussi à l’effort et à la charge financière en baissant l’indexation. On est là pour donner notre temps et ce n’est pas une question de salaire », a fait savoir le maire Pascal Lambert.

Un autre point à l’ordre du jour concernait l’ancienne directrice générale de la municipalité, Lise Lemieux. Celle-ci a en effet été embauchée à titre de consultante pour le volet santé et sécurité au travail. « Nous avons un retour d’une personne très connaissante du milieu, des rouages de la Ville, du personnel et des besoins », a mentionné le directeur général Matthieu Levasseur. 

De nouvelles obligations en matière de santé et sécurité au travail, notamment de mettre en place un comité dans ce domaine et d’assurer les suivis auprès de la CNESST ou de la mutuelle de prévention, demanderont un travail important. « Cela permettra de minimiser les coûts pour réaliser ce qui doit être fait. Il ne s’agit pas de l’embauche d’une ressource à temps plein, ni même à temps partiel. D’avoir une consultante permet d’y aller au besoin », a-t-il fait savoir.

Les élus ont également adopté une résolution octroyant au Grand BBQ de Warwick un montant de 25 000 $ par année pour la réalisation de l’événement important dans la municipalité et à l’image de celle-ci comme l’a précisé le maire Lambert. Ce partenariat s’échelonne sur les années 2023, 2024 et 2025.

Dans un autre ordre d’idées, le conseil a annoncé le renouvellement de l’entente intermunicipale relative aux loisirs et à la culture pour les trois prochaines années avec les municipalités de Saint-Valère, Sainte-Élizabeth-de-Warwick et Saint-Samuel. S’ajoute à elles, cette année, une nouvelle adhérente, soit la municipalité de Saint-Rémi-de-Tingwick. Chacune bénéficie d’une entente avec des tarifs établis selon le principe utilisateur-payeur et à la pièce, selon les besoins. Par exemple, pour la nouvelle entente avec Saint-Rémi, elle inclut les différents services, sans le camp de jour.

De plus, les élus ont adopté quelques règlements, qui avaient fait l’objet d’une consultation préalable, dont le 353-2022 qui permet notamment l’installation d’archidômes et permet la mise en place d’une halte VR sur la rue Notre-Dame (mais pas au pont couvert comme souhaité). Un deuxième règlement concerne une modification du règlement de démolition et un autre l’occupation et l’entretien de bâtiments donnant davantage de pouvoir à la municipalité d’agir.

Le règlement décrétant l’emprunt de 5 354 163 $ pour les travaux d’eau potable, d’égout et de voirie sur les rues Saint-Louis, Notre-Dame, Saint-Médard, Letarte, Dollard et Sainte-Jeanne-d’Arc a également été adopté. « Il ne s’agit pas de l’emprunt à proprement parler, mais bien de la marge d’emprunt puisque les coûts directs estimés sont de 3 930 701 $. À cela la loi permet d’aller chercher une marge d’emprunt de 10% des honoraires professionnels, 10% des frais de financement, des taxes nettes et 10% d’imprévus », a rappelé le directeur général en ajoutant que de ce montant total, la Ville avait obtenu une subvention de 2 009 434 $.