L’entente avec la SQ renouvelée

Les élus de la MRC d’Arthabaska ont approuvé, lors de leur séance de décembre, mercredi, le renouvellement de l’entente relativement à la fourniture des services de police qui lie la MRC avec la Sûreté du Québec.

Il s’agit d’une entente de 10 ans qui entre en vigueur le 1er janvier 2024 jusqu’à la fin décembre 2034.

Cette entente survient à la suite d’une recommandation émanant de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) qui ont été chargées de négocier les ententes avec Québec.

L’entente renouvelée par la MRC d’Arthabaska encadre de manière formelle les activités policières sur le territoire et précise les rôles et les responsabilités de la SQ, de la MRC et du Comité de sécurité publique.

Cet outil vient prévoir l’effectif policier sur le territoire, la nature et l’étendue des services, de même que les modalités d’application.

Quant au nombre de policiers en fonction au poste du boulevard Labbé Sud à Victoriaville, il demeure inchangé. Le poste de la SQ de la MRC d’Arthabaska emploie 80 policiers, de même que des employés civils.

« Le nombre de policiers est notamment déterminé en tenant compte de certains critères comme la superficie du territoire, le nombre d’appels et le nombre d’infractions criminelles, entre autres », a indiqué le directeur général de la MRC d’Arthabaska, Frédérick Michaud.

Une révision, a-t-il dit, est toujours possible à mi-chemin de l’entente, soit dans cinq ans.

Appel d’offres en gestion des matières résiduelles

Le Conseil de la MRC a aussi résolu, au cours de sa séance, d’autoriser le lancement du processus d’appel d’offres en gestion des matières résiduelles.

C’est que la MRC, avec la fin des activités de Gesterra, doit préparer des appels d’offres afin de désigner des fournisseurs pour les services de collecte, de transport et de traitement des matières résiduelles à compter du 1er janvier 2025.

Comme la prochaine séance du Conseil n’est prévue qu’en février, la résolution vise à agir promptement. « Ça nous permet d’aller en appel d’offres plus rapidement au début janvier sous réserve de l’opinion du comité ad hoc formé récemment », a souligné le greffier Olivier Milot.

La MRC, a-t-il rappelé aussi, a retenu les services de la firme Stratzer pour la conseiller et l’accompagner tout au cours du processus, notamment en ce qui concerne la rédaction de la documentation et de la procédure de sélection.

Le dépôt des appels d’offres se fera sur le système électronique d’appel d’offres du gouvernement du Québec.