L’ajout d’une ambulance réclamé

Urgence Bois-Francs tente de s’allier les municipalités de la MRC d’Arthabaska pour convaincre le gouvernement de permettre l’ajout d’une ambulance pour desservir le milieu rural.

Le directeur général d’Urgence Bois-Francs, Jocelyn Grondin, a récemment effectué une présentation au Conseil des maires pour leur exposer la situation.

Jocelyn Grondin, le directeur général d’Urgence Bois-Francs (Photo www.lanouvele.net – Archives)

Les résolutions d’appui commencent à entrer : Urgence Bois-Francs a déjà reçu celle de Ham-Nord. Lundi soir, le conseil municipal de Warwick a aussi, une fois de plus, donné son appui au projet. Ce n’est pas d’hier que Warwick souhaite la présence d’une ambulance sur son territoire.

La Ville lui a d’ailleurs prévu une place dans la caserne des pompiers.

«Warwick constituerait un choix logique, mais aucune décision n’a encore été prise quant à l’emplacement», a indiqué Jocelyn Grondin en entrevue téléphonique.

Urgence Bois-Francs souhaite pouvoir compter sur les municipalités et faire valoir, chiffres à l’appui, la nécessité de doter la région d’une nouvelle ambulance. «On a besoin d’une à deux ambulances», estime le DG d’Urgence Bois-Francs qui plaide pour l’équité.

«Notre situation n’est pas équitable quand on considère notre bassin de population, la grandeur de notre territoire et le nombre d’appels. On demande au gouvernement d’appliquer la même recette, le même calcul qu’ailleurs», a-t-il expliqué.

Le but étant, a-t-il tenu à préciser, non pas de dire que d’autres territoires font l’objet d’une couverture surévaluée, mais bien d’obtenir l’équité pour la MRC d’Arthabaska.

Sur le territoire, a fait remarquer M. Grondin, le nombre d’appels ne cesse d’augmenter annuellement. Depuis 2015, il a grimpé d’environ 600 pour atteindre en 2017 près de 6700 appels.

Au conseil municipal de Warwick, lundi soir, les élus ont appuyé officiellement les démarches en cours. (Photo www.lanouvelle.net)

Certes, les appels proviennent, à 80% environ, de Victoriaville. Mais les quelque 1300 autres concernent d’autres municipalités. Quatre d’entre elles, comme Saints-Martyrs-Canadiens, par exemple, sont confrontées à des délais d’intervention de 30 minutes et plus, a fait remarquer M. Grondin.

Et on sait fort bien que chaque minute compte dans les cas, par exemple, d’un arrêt cardiaque.

La présence d’une équipe de paramédics avec un véhicule à Warwick permettrait de réduire le temps de réponse dans plusieurs municipalités environnantes, comme Kingsey Falls, Tingwick, Saint-Rémi-de-Tingwick, Saint-Albert, Sainte-Élizabeth-de-Warwick, Sainte-Séraphine et Saint-Samuel.

En 2016, le directeur général d’Urgence Bois-Francs faisait savoir qu’une ambulance à Warwick améliorerait de plus ou moins sept minutes le délai d’intervention.

Warwick disposée à faire une place à l’ambulance dans sa caserne. (Photo www.lanouvelle.net)

Actuellement, trois ambulances desservent la MRC d’Arthabaska. «En fait, c’est plutôt deux véhicules et un tiers puisque deux ambulances sont en opération 24 heures par jour et une troisième à raison de huit heures», a précisé M. Grondin.

Les intervenants préparent une stratégie pour se faire entendre et faire valoir leurs arguments et pourraient bien, pour ce faire, profiter de la prochaine campagne électorale.