Écrasement en Grèce, un Centricois était à bord

L’hélicoptère des Forces armées canadiennes qui s’est écrasé le 29 avril dans la mer Méditerranée au large de la Grèce comptait dans son équipage Maxime Miron Morin, un jeune homme originaire de Bécancour. L’ancien élève de l’école secondaire la Découverte est toujours porté disparu.

«Maxime était en secondaire 1 quand je suis arrivée comme enseignante à Saint-Léonard-d’Aston. C’est un jeune homme poli, timide et respectueux. J’ai eu la chance d’enseigner à nouveau en secondaire 5 à cet élève créatif et doué», souligne Marie-Josée St-Onge, une de ses enseignantes.

Rappelons que Justin Trudeau, lors de son point de presse du 30 avril, a indiqué qu’une victime avait été retrouvée et que cinq membres de l’armée canadienne qui participaient à cet exercice de l’OTAN sont portés disparus. «Ils sont tous des héros», a déclaré le premier ministre.