Des ovnis dans le ciel de Victo?

VICTORIAVILLE. Louis Piché de Victoriaville ne s’attendait pas, en novembre dernier, à vivre un pareil phénomène. En rentrant chez lui, l’homme a été témoin d’une manifestation qui demeure encore inexpliquée pour lui. L’homme, détenteur d’un baccalauréat en sciences économiques et d’une maîtrise en gestion de PME, lève le voile sur son expérience hors de l’ordinaire.

C’était le samedi 8 novembre vers 17 h 40. Louis Piché venait de garer son véhicule dans le stationnement d’un immeuble de la rue Michel et marchait sur un trottoir qui le menait à l’édifice lorsqu’il a aperçu, dans le ciel, des objets qui ont attiré son attention.

Le Victoriavillois se montre plutôt sceptique face à l’existence des extraterrestres. Du genre Thomas. «J’y croirai quand je les verrai, quand ils m’emmèneront pour une ballade», confie-t-il.

Mais ce qu’il a vu, en novembre passé, a de quoi l’intriguer. «Je marchais en jetant un coup d’œil au ciel. Et j’ai alors aperçu cinq objets lumineux. Cinq cercles similaires, des cercles rouges entourant une lumière blanche, relate-t-il. Les objets se déplaçaient très lentement en direction ouest en conservant la même position. Ils n’émettaient aucun bruit, aucun son.»

Ce qui venait éliminer la présence d’un hélicoptère, par exemple.

Peu après, Louis Piché constate la présence d’un sixième objet, un peu plus loin derrière les autres, et qui, lui aussi, se déplaçait lentement, à la même vitesse.

Puis, l’homme entend un bruit, comme le «couac» d’une outarde. Mais impossible que ces objets lumineux puissent être de simples outardes. Qui aurait l’idée de placer une lumière rouge et blanche sur le corps des outardes?, s’interroge Louis Piché qui balaie rapidement cette folle idée du revers de la main.

Mais à ce moment, il assiste à un truc particulier. «Les trois premiers objets, dans un mouvement très rapide, d’un coup sec, se sont retrouvés l’un derrière l’autre. Le déplacement s’est produit en un éclair. Ce n’est pas normal. C’est ce qui m’a dérangé», raconte M. Piché.

Devant pareil phénomène qui s’offre à lui, le Victoriavillois s’empare rapidement de son téléphone cellulaire pour pouvoir prendre des photographies.

Après avoir mis en fonction l’utilité photo de l’appareil, ce qui requiert quelques secondes, Louis Piché se positionne dans le but de capter ce qu’il voit. «Mais à ce moment, les trois premiers objets s’éteignent», souligne-t-il.

Restent les autres objets. L’homme se prépare de nouveau, puis un quatrième objet disparait.

Le sixième objet se rapproche alors du cinquième. Louis Piché les voit dans son cadrage. Il clique pour la photo. En se repositionnant pour faire un second cliché, voilà que les deux derniers objets lumineux s’éteignent eux aussi.

Malheureusement, les objets n’apparaissent pas sur sa photographie du ciel. Probablement qu’ils se trouvaient trop éloignés pour un tel appareil. «J’étais très déçu de la photo et de ne pas avoir pu apporter des preuves. Avoir eu une caméra à la main, j’aurais eu le plus fantastique spectacle de six objets dont je ne connais pas la nature», écrit Louis Piché dans sa narration de l’événement à l’Association québécoise d’ufologie.

L’homme cherche à savoir ce que c’était. «Je ne dis pas que ce sont des extraterrestres ou des soucoupes volantes. Mais j’ignore de quoi il s’agit. De tels mouvements, lors du déplacement, même les oiseaux ne font pas cela. Et ça ne peut être des avions», raconte l’homme qui aime marcher en scrutant le ciel. «C’est la première fois que j’assistais à un tel spectacle.»

Des recherches

Louis Piché n’a pas perdu de temps. Le soir même, il a relaté son expérience sur le site Internet de l’Association québécoise d’ufologie. «Un responsable m’a contacté le lendemain, m’informant aussi qu’une autre personne a signalé le phénomène qui a duré environ trois minutes», dit-il.

Un représentant de l’organisme devait le rappeler. Le Victoriavillois attend toujours. Mais il prévoit effectuer une relance.

Entretemps, Louis Piché a entrepris d’autres démarches, écrivant à NORAD (la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord) pour savoir si les radars ont pu capter le phénomène. «Ils m’ont plutôt dirigé vers les Forces armées canadiennes qui, pour leur part, m’ont référé au NAV, organisme de surveillance de l’espace aérien.»

Pour le moment, le résident de Victoriaville n’a pas obtenu réponse à ses interrogations. L’homme en profite pour lancer un message à la population. «Je cherche à savoir si d’autres personnes, autres que moi et l’autre personne qui a fait une déposition, ont aperçu le phénomène. Les gens qui ont peut-être vu cette manifestation ne peuvent l’avoir oubliée. Dans mon cas, c’est imprégné dans mon cerveau pour le reste de ma vie. Et je sais ce que j’ai vu, je sais que c’est vrai», conclut-il.

Les personnes visées peuvent le contacter par courriel à l’adresse louispiche@videotron.ca.

Autres signalements

Le site de l’Association québécoise d’ufologie fait mention d’autres observations de citoyens de la région des Bois-Francs.

Ainsi, en soirée le 12 octobre 2013 à Victoriaville, un couple et leur fille ont aperçu dans le ciel «une grosse lumière blanche… À ses côtés, on y voyait des lumières d’avion qui semblaient elles aussi faire du surplace à côté de cette grosse lumière, trop grosse et trop basse pour être une étoile. Nous avons vu aussi passer une autre lumière pareille. Elle était trop rapide pour être un avion, et trop lente pour être un météorite».

Le site recense également deux cas à Warwick.

Le 20 janvier 2014, il était 23 h 30 selon un témoin qui a aperçu «une étoile me semblant bizarre… J’ai constaté que la lumière blanche vibrait et avait l’air de bouger tout en faisant du surplace, et en plus, il y avait des lumières vertes et rouges. Trente minutes plus tard, elle s’était déplacée…»

Enfin, le 15 août 2013, vers 22 h 30, un citoyen dit avoir aperçu deux lumières rouge orangé, de forme ronde, zigzaguant dans le ciel derrière une tour de télécommunication et qui semblaient se déplacer en direction de Danville.