Conseil jeunesse : le temps d’un bilan

Le conseil municipal de Victoriaville a reçu, à sa séance d’avril, la visite de Laurier Bergeron, co-porte-parole et représentant diversité et inclusion au Comité jeunesse.

« Je viens vous faire part des projets que le Conseil jeunesse a mis de l’avant et concrétisés au cours des deux dernières années », a-t-il annoncé.

Le jeune homme a fait part de la campagne d’information sur les logements abordables qui a pris fin récemment.

Plusieurs activités ont cours aussi avec le Comité d’accueil international des Bois-Francs, comme une journée d’initiation au vélo et des pique-niques. Le Conseil jeunesse, a-t-il dit, utilise les réseaux sociaux pour promouvoir ses différentes activités.

« Nous collaborons aussi avec le Hangar pour mettre un peu de vie dans nos parcs et dans nos arénas. On produira de belles murales sur les bandes de patinoires. Ça risque d’être assez beau. J’ai bien hâte de voir le résultat », a-t-il souligné.

Laurier Bergeron a aussi fait savoir qu’on soulignera la Journée internationale de la jeunesse en après-midi le 11 août, un projet collaboratif avec Drummondville.

Le maire Antoine Tardif a remercié le représentant du Conseil jeunesse de sa présence.  « Tu peux transmettre aux autres membres du conseil nos félicitations et leur dire qu’on apprécie le travail que vous faites », a-t-il exprimé.

Les espaces inutilisés

Un habitué du conseil, Olivier Baron a questionné les élus sur l’espace non utilisé du complexe Réseau Sélection sur la rue Carignan, tout en se demandant s’il y avait possibilité pour la Ville de s’approprier cette partie pour y construire des habitations abordables pour les personnes défavorisées.

À cela, le maire Tardif a confié qu’il ignorait l’intention des promoteurs quant à une deuxième phase potentielle. « C’est quelque chose qu’on pourrait regarder », a-t-il signalé, tout en rappelant, cependant, certains outils dont dispose la Ville pour inciter les gens à utiliser l’ensemble de leurs terrains. « On a un coefficient d’occupation au sol. Il s’agit d’une certaine façon d’encourager les gens à construire à défaut de quoi ils paient plus cher de taxes pour le terrain inutilisé.

Et puis, on a également maximisé le coût pour un terrain non construit. Ce sont des outils que nous avons pour stimuler la construction. Mais les propriétaires peuvent conserver leurs terrains en vue d’un éventuel projet », a indiqué le premier magistrat.

Divers

Le conseil municipal a consenti une aide de près de 55 000 $ à l’organisation du SIUCQ (Service d’intervention d’urgence civil du Québec) de la MRC d’Arthabaska. La contribution se base sur la population, à savoir un taux de 1,13 $ par habitant.

Par ailleurs, une aide de 60 500 $ est accordée au Musée Laurier en vertu du programme de la Ville sur le patrimoine bâti.

La Ville octroie aussi un montant 30 000 $ au Centre de services scolaire des Bois-Francs pour un projet d’embellissement d’un parc-école.

De plus, la Ville a accepté la soumission de 73 450 $ de COPERNIC en lien avec un projet de sensibilisation des riverains pour mieux protéger la biodiversité des habitats fauniques.

À la circulation, un passage piéton sera ajouté sur la rue Allard tandis que les rues Leblanc et Gendron verront s’ajouter des sens uniques. 

Enfin, la Ville apporte des modifications sur la rue Saint-Louis et autorisera ainsi le stationnement pour une durée maximale d’une heure, du lundi au vendredi, entre 7 h et 18 h, et ce, du côté pair sur une distance de 40 m, à partir de la rue Notre-Dame Ouest en direction de la rue Des Forges.