André Guillemette promet d’appuyer les organismes communautaires

COMMUNIQUÉ. Le candidat à la mairie de Victoriaville, André Guillemette, a renoué avec le communautaire pour lequel il a souvent œuvré dans le passé. Le Centre Emmaüs ayant été rencontré en début de campagne, Répit Jeunesse et la Place Rita-St-Pierre ont reçu la visite du candidat le 1er février dernier, tandis que le restaurant populaire a bénéficié de son aide vendredi.

À la sortie de sa visite à la place Rita-St-Pierre et des 32 organismes qu’elle comporte, le candidat admire la vitalité des ressources communautaires. «Ces 32 organismes sont aussi dynamiques et performants que bien des PME. Victoriaville est déjà la première ville en matière d’accueil d’entreprises, mais cela ne saurait tarder que le modèle communautaire victoriavillois, déjà reconnu pour son efficacité, soit aussi récompensé», déclare André Guillemette.

Pour le candidat, ces organismes occupent une place essentielle dans la vie citoyenne et sont le gage de notre qualité de vie. «Que ce soit les aînés ou la jeunesse, les personnes vulnérables ou à faible revenu, les familles de Victoriaville ou les réfugiés que nous accueillons, tous peuvent compter sur les ressources communautaires. La prévention en santé, la condition féminine et la valorisation de l’emploi sont également des dossiers sur la table des organismes de notre ville. Le temps passé auprès des intervenants du milieu communautaire confirme mes choix politiques. Les différents secteurs de notre société sont intimement reliés et participent tous à la santé de notre Ville», explique André Guillemette.

Et, ajoute-t-il, «ces organismes ont des projets en cours qui demandent à être consolidés et de nombreuses idées pour le bien-être de la collectivité qui pourraient se déployer grâce à la participation de la Ville. Ce soutien, je le leur donnerai. Il faut continuer d’investir dans nos ressources communautaires, puisque ces investissements sont rentables. Investir 1 $ chez Répit Jeunesse, par exemple, peut en sauver 2 en sécurité publique parce qu’on agit en prévention. Mon expérience en gestion m’assurera que ces investissements soient productifs».

André Guillemette s’est déjà positionné en faveur d’un plus grand déploiement du transport collectif et ses visites dans le milieu communautaire renforcent encore cette orientation. «C’est très important pour moi de travailler en gardant à l’esprit des valeurs essentielles comme l’équité sociale, l’intégrité environnementale, la gestion des ressources et le rendement économique. Le transport collectif s’inscrit parfaitement dans cette direction», poursuit André Guillemette. Le candidat constate d’ailleurs que plusieurs organismes sont sensibles à ces valeurs et les mettent en pratique de façon remarquable. L’exemple de l’organisme Le Support est très éloquent puisqu’il favorise le recyclage sous toutes ses formes, emploie des personnes qui s’épanouissent au gré de leurs compétences respectives et gère son fonctionnement en réduisant au maximum sa dépendance aux subventions. Le candidat a en outre profité de sa visite pour donner des vêtements. «Le Support offre une deuxième, voire une troisième vie aux objets et une nouvelle chance à des humains», précise-t-il.

Une ville en santé, est une ville qui se préoccupe de l’épanouissement de ses citoyens « …et cet aspect fait aussi partie de ce que je considère comme étant du développement durable : bonifier maintenant nos ressources citoyennes et humaines au sein de la collectivité rendra notre structure plus performante dans le futur». Quand il rencontre les responsables des organismes communautaires, André Guillemette se reconnaît et il constate qu’ils parlent le même langage. «Je m’assurerai que la voix des citoyens dévoués aux organismes résonne dans l’Hôtel de ville», conclut le candidat.