À la ferme Lebert s’ajoute depuis peu un marché

C’est le 13 juillet dernier qu’a eu lieu la journée portes ouvertes afin de faire découvrir au public le tout nouveau bâtiment abritant le marché de la ferme Lebert, situé au 181, rang 4 à Saint-Norbert-d’Arthabaska.

L’endroit est spectaculaire. Installé en hauteur (dans un ancien pâturage) sur la terre de 800 acres, maintenant propriété de Nadia Lambert et son conjoint Martin Leblanc, le nouveau marché met en vedette les produits de la ferme. On y retrouve donc différentes coupes de bœuf Angus, le sirop provenant de l’érablière de 6200 entailles, des fruits et légumes de La Parcelle ainsi que d’autres produits gourmands cuisinés dans les environs et qui se marient bien avec la viande.

Par la fenêtre du marché, la vue est magnifique. On peut voir en contrebas, les vaches, la maison du couple et de l’autre côté du rang, les bâtiments de ferme, l’érablière et la maison paternelle maintenant habitée par le frère de Nadia. C’est d’ailleurs cette belle vue de la ferme, des champs autour remplis de pommiers (qui nourrissent même le troupeau), qui rendent la visite au marché tellement agréable et charmante.

Nadia a également l’intention de proposer différentes activités à son marché afin de donner aux gens une autre bonne raison de prendre le rang 4. Elle a déjà tenu une journée poutine et désire inviter des chansonniers, bref de faire du marché un lieu sympathique et invitant pour tous. « Je ne veux pas que les gens viennent ici juste pour chercher une tranche de steak », espère-t-elle. Et avec l’automne qui s’en vient, les lieux seront encore plus beaux, avec les couleurs changeantes des feuilles dans les arbres. 

Petite histoire

Ce sont ses parents qui ont exploité la ferme laitière jusqu’en 2010, moment où elle a été vendue à Nadia et son conjoint ainsi qu’à son frère Stéphane Lambert. Le trio a poursuivi les opérations laitières jusqu’en 2020, moment où Stéphane a voulu changer de voie. Le couple, qui a alors racheté sa part, a profité de cette transition pour s’interroger à savoir où il voulait aller avec cette belle terre de Saint-Norbert. « Ça faisait longtemps que j’avais en tête d’ouvrir un marché », a confié Nadia.

Pour ce faire, il lui fallait davantage de temps et on sait que des vaches laitières nécessitent un engagement de tous les instants. Ils ont donc décidé de vendre le troupeau de 125 têtes, de faire encan et de racheter un troupeau de bœufs, élevés pour la viande. « Tout s’est bien emboîté. Nous avons fait encan le 15 juillet 2020, ce qui mettait fin à une production de 40 ans et le lundi suivant, un producteur nous contactait pour nous offrir un troupeau de 50 bêtes, que nous avons soigneusement choisies une à une », se souvient-elle.

Ce grand changement dans la ferme a bien entendu nécessité une adaptation, mais le couple a rapidement fait la transition, étant tous les deux des amoureux des animaux. Aujourd’hui, ils possèdent 65 vaches Angus et 8 Wagu. Et tranquillement, ils tentent d’améliorer leur troupeau. Ce sont des vaches un peu plus sauvages, mais qu’ils ont appris à connaître et à apprécier. Martin s’occupe davantage des animaux et des champs alors que Nadia met la majorité de ses efforts au marché. Le bâtiment de deux étages accueille des bureaux en haut et à l’arrière une cuisine équipée permettra éventuellement de concocter des petits plats congelés qui pourront aussi être offerts à la clientèle. Nadia songe même à des tartes aux pommes et autres gourmandises. « On s’améliore petit à petit, selon nos moyens », ajoute-t-elle.

Les quatre filles du couple sont également impliquées, chacune à leur manière, dans la ferme et le marché. Une histoire de famille, peut-on dire. La plus vieille, Meghan, étudie en éducation spécialisée et s’occupe de la promotion sur les réseaux sociaux. Marika, 18 ans, étudie de son côté en agriculture et viendra peut-être, si elle le souhaite, prendre la relève. Quant à Brithany, 16 ans, c’est le domaine de la santé qui semble l’attirer particulièrement. La plus jeune, Lorie (14 ans), pour sa part, adore les animaux.

Nadia et Martin sont ainsi bien entourés, autant de leurs enfants que d’amis et de leurs familles qui viennent contribuer à leur façon au succès de l’entreprise. Bien sûr, il y a encore des travaux à faire comme l’aménagement d’un gazebo, le paysagement, mais déjà des tables à pique-nique sont invitantes pour les clients.

L’année prochaine, la ferme et le marché Lebert proposeront, en collaboration avec Tourisme Victoriaville et sa région, une micro-aventure et s’inscriront également dans les Balades gourmandes 2024. 

Le marché est ouvert à l’année, du mercredi au samedi, et déjà plusieurs ont pris l’habitude de s’y rendre pour quelques emplettes alimentaires. « Et nous voyons aussi plusieurs nouveaux visages », apprécie la propriétaire. Pour Nadia, ce marché vient réaliser un rêve et elle a plein d’idées pour l’amener encore plus loin. « Il me permet de faire des découvertes que je partage avec les autres », ajoute-t-elle. En effet, elle a déjà pu tester les produits qu’elle offre et est enchantée de voir ce qui se fait de bon dans son coin de région, en plus de la viande qu’elle propose. Et lorsqu’on lui demande où elle voit cette entreprise dans 10 ans, Nadia espère que la découpe de la viande se fera alors directement sur place (ce qui n’est pas le cas actuellement), que la ferme marché Lebert aura fait sa marque et que des employés seront avec elle pour recevoir les clients et leur offrir ce qu’il y a de meilleur.