Victoriaville, première ville à nommer un conseiller scientifique en chef

Victoriaville, première ville à nommer un conseiller scientifique en chef
L'annonce a été faite en présence du recteur de l'UQTR, Christian Blanchette, du maire de Victoriaville, Antoine Tardif, du professeur Simon Barnabé et du scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion. (Photo : www.lanouvelle.net)

La Ville de Victoriaville innove en nommant officiellement le professeur de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Simon Barnabé, à titre de conseiller scientifique en chef. En fait, il s’agit de la première ville au Québec qui propose ce titre à un chercheur, lui permettant de mettre à contribution son réseau au bénéfice de Victoriaville et sa région.

L’annonce a eu lieu lundi matin à la salle du conseil municipal de l’hôtel de ville de Victoriaville qui, pour l’occasion, était remplie de représentants de tous les milieux ainsi que du recteur de l’UQTR Christian Blanchette, du scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion (par vidéoconférence), et bien entendu du maire de Victoriaville, Antoine Tardif.

Ce dernier a indiqué avec fierté qu’il s’agissait d’une annonce importante, autant pour la Ville que pour la science au Québec. « À Victoriaville, nous avons toujours eu de grandes ambitions en matière de développement durable et d’environnement. Reconnue comme le berceau du développement durable, la Ville a grandi au fil des ans et a comme aspiration de devenir le leader du monde municipal en la matière », a-t-il indiqué. 

Pour ce faire, comme il a ajouté, il faut innover et sortir des sentiers battus et miser sur de l’expertise de pointe pour accompagner les actions. Un pas dans cette direction est réalisé avec la nomination du professeur Barnabé.

Il y a déjà eu, en 2020, la création de la chaire de recherche municipale pour les villes durables, dans laquelle la Ville avait investi 300 000 $ en partenariat avec l’UQTR. « Ce partenariat s’est avéré fructueux pour Victoriaville », a indiqué le maire. 

La nomination du conseiller scientifique en chef, une personne reconnue par le milieu, dotée d’un bagage académique impressionnant et sa proximité avec les villes, entre autres, représente un engagement concret de la Ville avec le milieu scientifique et de l’enseignement supérieur, permet en plus d’être pionnière en la matière. « Plus que jamais, les municipalités ont un rôle considérable à jouer en matière d’environnement, de changements climatiques, de protection de la biodiversité, de réduction des gaz à effet de serre et des ilots de chaleur, de l’agriculture biologique, de l’aménagement du territoire, etc. Tous des enjeux sur lesquels M. Barnabé conseillera la Ville de Victoriaville », a résumé le maire en ajoutant que l’alliance ainsi créée avec la communauté scientifique permettra de faire mieux, de faire plus. 

Comme l’a indiqué le principal intéressé, le professeur Simon Barnabé, il s’agit en fait d’officialiser ses fonctions puisqu’il collabore avec la Ville de Victoriaville depuis de nombreuses années, notamment par l’entremise de la chaire de recherche municipale pour les villes durables, dont il est le titulaire depuis 2020.

Cette nomination, comme il a résumé, entraînera, à l’externe, une meilleure écoute, un meilleur échange d’informations. « Ça va aider la Ville de Victoriaville à s’internationaliser d’une certaine façon », a-t-il mentionné en entrevue.

Cette nomination se veut « une nouvelle façon pour de petites et moyennes villes de rapprocher la science de leurs décideurs municipaux et de les aider à jouer un rôle central dans l’écosystème de recherche et d’innovation de leur région et du Québec », a mentionné le professeur Barnabé.

De plus, cela n’entraînera pas de coûts supplémentaires à la Municipalité. Le maire a en effet précisé que cette désignation permet tout simplement à M. Barnabé de conseiller la ville sur différentes questions. « Il n’y a aucun engagement financier relié. » 

Le rôle du conseiller scientifique en chef sera ainsi d’accompagner la Municipalité et ses partenaires dans des projets de développement innovateurs.

Aussi présent virtuellement pour l’occasion, le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, n’a pu que féliciter Victoriaville pour ce premier pas qui, l’espère-t-il, tracera le chemin pour d’autres municipalités. « C’est une première et je suis certain que ce sera un grand succès. J’espère que d’autres villes au Québec, au Canada et dans le monde, vont copier Victoriaville. C’est toujours très flatteur d’être copié », a-t-il souligné en ajoutant que le rôle de M. Barnabé serait de donner des avis, mais au final, ce sont les élus qui décideront. « J’espère travailler étroitement avec Simon et la Ville afin de développer davantage de capacités en conseils scientifiques », a-t-il souhaité.

Même son de cloche du côté du recteur de l’UQTR, Christian Blanchette, qui n’a pas tari d’éloges en parlant de Simon Barnabé. « Si l’implication du professeur Barnabé est honorable, la marque de reconnaissance et de confiance qui lui est exprimée par la Ville de Victoriaville rejaillit également sur l’UQTR », a-t-il soulevé.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
P. Morrissette
P. Morrissette
14 jours

J’espère qu’on va aller au delà des mots et des slogans et s’attaquer aux véritables enjeux du développement durable au delà des poubelles. Le transport est le principal enjeu pour la réduction des gaz à effet de serre et on peut pas dire que Victo est un modèle d’innovation à cet égard. P.