Uni et Brave : la mission courage et espoir de Pierre Guillemette

Uni et Brave : la mission courage et espoir de Pierre Guillemette
Pierre Guillemette, fondation d'Uni et Brave (Photo : Sébastien Sauvage)

Uni et Brave, fondée par le Victoriavillois Pierre Guillemette, n’est pas qu’une simple entreprise spécialisée dans la vente de vêtements. C’est une mission sociale, un message de courage, d’espoir et même une philosophie qui se transpose à travers ce qu’il appelle ses armures de courage.

Pas étonnant alors que l’entreprise, qui est née depuis novembre 2020, figure parmi les six finalistes du « Défi jeunes pousses en croissance » organisé par la Banque Scotia et dont le grand gagnant sera dévoilé le 2 décembre à Montréal. Assorti d’une bourse de 20 000 $, le grand prix offre aussi une belle visibilité.

Il faut dire que l’histoire de Pierre Guillemette, originaire de Saint-Félicien au Lac-Saint-Jean, mérite d’être racontée. En effet, celui qui est aujourd’hui policier de carrière a déjà fait face à deux cancers. Un premier, une leucémie, alors qu’il venait d’avoir 18 ans. Après des traitements de chimiothérapie, c’est une greffe de la moelle osseuse de son frère qui lui a donné la guérison. Deux ans plus tard, c’est à un cancer de la peau qu’il a fait face et dont il s’est débarrassé grâce à une opération. Depuis, il est en pleine forme.

Ces deux expériences lui ont fait comprendre que la vie était précieuse et qu’il faut l’apprécier à sa juste valeur. Voulant faire sa part, mais ne sachant trop comment, il a eu l’idée, pendant la pandémie, de lancer cette entreprise, alors que justement, comme il le dit si bien, les gens en avaient besoin. Il a donc pris deux années sabbatiques de son travail de policier (qu’il reprendra au début de 2023) pour ce faire.

Au départ, c’est pour donner du courage aux enfants atteints de cancer qu’il a créé Uni et Brave (au singulier parce que lorsqu’on est unis, on ne forme qu’un). D’ailleurs, Leucan est un partenaire majeur d’Uni et Brave qui reçoit une partie des profits réalisés avec la vente de tous les vêtements (clairement précisé en rouge sur le site transactionnel dans un souci de transparence). « Ce n’est pas un produit qu’on vend, c’est une mission, un message. Les gens n’achètent pas un t-shirt, mais bien un symbole », explique-t-il. Pierre s’est également engagé à fournir une armure de courage, c’est comme ça qu’il a baptisé ses gilets kangourou (hoodies) à tous les enfants diagnostiqués d’un cancer. 

En effet, quoi de plus rassurant, peu importe qu’on soit petit ou grand, que ce chandail en coton ouaté à capuche et poche ventrale. Mais lorsqu’on en reçoit un signé Uni et Brave, c’est aussi une bonne dose de courage et d’espoir qui y est rattachée. Un utilisant le terme « armure », la pièce de vêtement vient également protéger celui ou celle qui la porte. Et ce simple cadeau rempli de symbolique semble faire des miracles du côté du moral de ceux qui l’arborent avec fierté. Si bien que plusieurs, plutôt que d’acheter des fleurs pour montrer leur empathie et compassion à des gens en difficulté (maladie, deuil, etc.), optent de plus en plus pour Uni et Brave et l’armure de courage.

Avec le temps, les entreprises se sont aussi intéressées au produit qui représente également l’esprit d’équipe. Ainsi, en les offrant aux employés, les leaders montrent leur attachement à la cause, mais également à leurs gens. Et pour les entreprises, le fondateur a voulu créer une expérience de mobilisation. Ainsi, aux vêtements achetés, il ajoute une vidéo personnalisée, racontant son histoire et tout le bien que font ses armures de courage. Pas étonnant alors qu’Uni et Brave doit maintenant gérer une croissance.

En effet, Pierre Guillemette, qui est actuellement le seul employé de son entreprise, travaille sur une association afin de pouvoir reprendre le boulot dans la région de L’Érable dans quelques semaines et s’assurer que l’entreprise va poursuivre ses opérations. Il insiste toutefois pour dire que dans toute cette aventure, il bénéficie depuis le début de l’aide des membres de sa famille ainsi que de ses amis qui ne peuvent faire autrement que de l’encourager dans sa noble mission.

Il est bien fier de son accomplissement et indique qu’il a tenu à faire affaire avec des gens du coin, étant résident de Victoriaville depuis six ans maintenant et comptant bien y demeurer longtemps. À titre d’exemple, le logo d’Uni et Brave a été conçu par le Warwickois Junior Martel qui, avec un simple dessin, a su montrer la force et le courage.

Démarré dans son sous-sol, puis son garage, Uni et Brave prend de l’expansion et a maintenant un local. En plus des armures de courage, Pierre Guillemette a ajouté des t-shirts faits 100% au Québec, des tuques, caquettes et reçoit beaucoup de demandes pour ajouter d’autres articles de vêtement. Tous veulent porter la marque qui met en lumière, non seulement les personnes en difficulté, mais aussi tout l’entourage qui démontre sa sympathie par un geste simple, mais sincère.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires