Une première historique pour la renaturalisation de la rivière du Moulin

Communiqué

Une première historique pour la renaturalisation de la rivière du Moulin
Philippe Dumas, directeur général du Moulin Michel; Marie-Christine Poisson (Biol. M. Sc.), coordonnatrice de l'équipe des milieux naturels au Conseil régional de l'environnement du Centre-du-Québec (CRECQ); Irina Gato, conseillère en communications chez ABI et représentante de la Fondation Alcoa (Photo : gracieuseté)

Le Moulin Michel annonce, en collaboration avec le Conseil régional de l’environnement du Centre-du-Québec (CRECQ) et la Fondation Alcoa, les premiers jalons d’un vaste projet qui vise à terme la renaturalisation de la rivière du Moulin. 

Ce projet réunira l’expertise et l’engagement d’une dizaine de partenaires du milieu qui collaboreront afin d’assurer la restauration de ce milieu naturel sensible, ce qui est en soit une première historique au Centre-du-Québec. 

« Le barrage du Moulin Michel est en place depuis plus de 250 ans, indique Philippe Dumas, directeur général du Moulin Michel. Notre volonté première était d’agir pour sécuriser nos installations hydriques, mais la question de l’enjeu environnemental d’un tel projet s’est vite imposée et intégrée à l’intérieur même de notre mission. C’est pourquoi nous avons regroupé une équipe d’experts composée, entre autres, du CRECQ qui assure la coordination, de l’organisme de bassin versant du GROBEC et de l’Union des producteurs agricoles. »

Avec un premier appui financier majeur provenant de la Fondation Alcoa, ce projet de restauration de la rivière du Moulin a pu débuter avec la réalisation d’une vaste étude environnementale qui s’étendra jusqu’en 2024. « Les enjeux de conservation de la biodiversité sont au cœur des préoccupations de la Fondation Alcoa qui vise à soutenir des projets, comme celui porté par le Moulin Michel de Bécancour, afin d’assurer une amélioration concrète et durable de nos écosystèmes », mentionne Irina Gato, conseillère en communications chez ABI et représentante de la Fondation Alcoa.

« Ce projet vise à terme d’améliorer la quantité et la qualité de l’eau qui se trouve dans le lit de la rivière du Moulin, indique Andréanne Blais, directrice générale du CRECQ. La rivière accuse un excès de sédimentation dont l’accumulation, au fil des ans, cause des débordements importants lors des crues printanières. Ce projet aura des impacts significatifs sur la qualité de vie des différentes espèces de poissons et sur l’ensemble de la biodiversité présente sur la rivière du Moulin. »

Mentionnons que le projet de renaturalisation de la rivière du Moulin est actuellement à l’étude auprès de différentes instances gouvernementales dans le but d’obtenir le soutien financier nécessaire à la mise en application de la phase de restauration du projet.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires