Un grand pique-nique pour fêter les 40 ans de la Maison des familles

Un grand pique-nique pour fêter les 40 ans de la Maison des familles
Line Verville pose en compagnie de la mission, toujours pertinente, de la Maison des familles. (Photo : www.lanouvelle.net)

Le 11 juin, entre 9 h 30 et 15 h, un grand pique-nique est organisé. L’objectif de cet événement festif est de souligner le 40e anniversaire de la Maison des familles de Victoriaville, connue pendant plusieurs années comme l’Association Parents-Ressources des Bois-Francs.

La directrice générale de l’organisme, Line Verville, a expliqué que, depuis le mois de février, une activité par mois était mise en place afin de souligner l’année anniversaire. En février, le membership était offert aux nouveaux usagers (environ 180 personnes en ont bénéficié), en mars un concours a été organisé pour la semaine de relâche, en avril des gâteries sucrées ont été données aux participants des différentes activités et, en mai, une roue de la fortune a été mise en place afin d’offrir de petits cadeaux aux membres.

Mais c’est en juin que le gros événement soulignant l’anniversaire est prévu. Et si ce pique-nique a lieu chaque année, il aura une amplitude plus grande que d’habitude pour fêter les 40 ans. Jeux gonflables et plusieurs activités pour les petits, visite de la Maison des familles, collations, petits animaux, chapiteau, etc., tout est prévu pour faire de cette journée une véritable célébration. « Vous n’avez qu’à apporter votre pique-nique et votre couverture », indique Line en ajoutant que toute la population était invitée à venir y participer. Il aura lieu sur les terrains de la Maison des familles, située au 86, rue Saint-Paul et en face de celui-ci. En cas de pluie, l’activité sera reportée.

Pour les familles depuis 40 ans

C’est en 1982 que des femmes, qui venaient d’avoir leur premier enfant, ont décidé de se regrouper pour partager leur histoire, échanger, se questionner, trouver des solutions ensemble. « C’est comme ça que ça a commencé avec ce désir de partager son vécu de parent », résume la directrice générale qui a d’ailleurs connu l’organisme à titre d’utilisatrice, dans les années 1990.

Ces nouvelles mamans étaient assez rassembleuses et d’autres femmes ont voulu les rejoindre. Elles se sont alors trouvé un petit local au centre-ville. Elles ont ensuite déménagé à la Place Rita-St-Pierre dans un local pour y tenir des animations.

C’est en 1993 qu’une permanence s’est installée en la personne de Lina Côté. « L’organisme a alors déménagé dans un plus grand local, toujours à la Place Rita-St-Pierre. Et bon an, mal an, les activités se bonifiaient, ce qui fait qu’en 1997, on a voulu avoir pignon sur rue. Plusieurs démarches ont été entamées pour ce projet de communauté, dont une campagne de financement, ce qui a permis d’ériger cette belle maison », résume Line en parlant du 86, rue Saint-Paul.

C’est donc en 1998 que le bâtiment a été inauguré, étant alors la copropriété de l’Association Parents-Ressources et de l’organisme La Source. « À ce moment, l’étage n’était pas habité ni aménagé », se souvient la directrice générale. Les deux organismes étant bien actifs, l’aménagement et l’occupation de l’étage se sont faits un peu plus tard et, en 2001, l’Association a reçu une accréditation du ministère de la Santé afin de bonifier le volet périnatalité (La Couvée) grâce à une subvention.

En 2004, l’Association Parents-Ressources a tenu sa première activité bénéficie majeure, un dansethon. Cet événement, qui se tenait alors au défunt Caméléon, a perduré une dizaine d’années. « C’était le début de notre aventure dans l’autofinancement », ajoute Line.

Puis, en 2008, Parents-Ressources est devenu unique propriétaire de la maison. À ce moment, les activités étaient de plus en plus nombreuses, tout comme les groupes en bénéficiant. Tous les locaux sont bien occupés par l’organisme depuis ce temps. 

La seconde activité de financement, la dégustation de pâté chinois, a démarré pour sa part en 2012. « L’objectif principal était de se rapprocher des gens d’affaires pour défaire ce mythe qu’il fallait avoir un problème pour venir à l’association », se souvient la directrice générale. À ce moment, on souhaitait défaire cette conception, mais aussi démontrer que les ateliers proposés servaient à tout le monde (même les gens d’affaires). « Ç’a été un beau partenariat avec Martin Garneau qui a été l’instigateur de l’activité et était à ce moment président de l’association », rappelle Line. 

Les deux activités d’autofinancement n’existent plus maintenant, mais une toute nouvelle se dessine pour l’année 2023. Des détails seront dévoilés plus tard.

L’année 2017 a permis de faire un « relooking » à la maison qui, jusqu’alors, était meublée à coups de dons (divans chambranlants ou défoncés). On a notamment repeint les pièces et changé le linoléum (percé à certains endroits). « À partir de là est venu le désir de se défaire des préjugés que la population pouvait avoir à l’endroit de l’association », rappelle Line Verville.

Ainsi, après un exercice de planification stratégique, le conseil d’administration a déterminé que le concept connu ailleurs de maison des familles était plus rassembleur que l’appellation Association Parents-Ressources. « On a alors choisi (en 2019) d’utiliser ce nom de façon usuelle, de changer le logo, de mettre le site Web au goût du jour (transactionnel pour les inscriptions aux activités) », indique-t-elle encore.

Cette amélioration informatique permet depuis aux utilisateurs de s’inscrire facilement en ligne à la majorité des activités. D’ailleurs, ce sont environ 94% des inscriptions qui sont ainsi faites actuellement. La Maison des familles a également développé sa présence dans les médias sociaux afin de rejoindre plus facilement les jeunes familles, grâce aux échanges Messenger et courriels, notamment. « Le délai de réponse est essentiel afin d’avoir où non la rétention des gens », a-t-elle remarqué.

Puis est venue, en 2020-2021, la pandémie de la COVID-19. Elle aura eu comme effet d’organiser rapidement les cours prénataux en ligne pour les parents en devenir. « C’était une priorité pour nous », insiste la directrice.

Ces cours recommencent bientôt en présence, mais on songe à donner un atelier en personne et l’autre en ligne, en alternance. « On va voir si l’intérêt est bon même si les parents préfèrent vraiment faire ce cours en présentiel », soutient Line.

Ainsi, plus que jamais, la mission de la Maison des familles est pertinente. Les deux dernières années (pandémie) ont, selon Line, créé des situations délicates qui démontrent l’importance de l’organisme. « Les gens ont vécu beaucoup d’isolement. Ça va causer des impacts, des traumatismes chez les femmes, dont une augmentation des dépressions post-partum. On prépare d’ailleurs une formation pour mieux les soutenir », annonce la directrice qui estime qu’il faudra des années pour se relever des effets de cette pandémie.

Et un effet positif de celle-ci aura été, toujours selon Line, de mettre le communautaire sur la carte, de lui donner visibilité et notoriété.

Quelques chiffres

La Maison des familles de Victoriaville en quelques chiffres, c’est : 11 employés, 274 membres, 139 bénévoles qui ont donné 2486 heures de leur temps (en 2019-2020).

Pour l’année 2021-2022, on compte 1140 heures au service de relevailles, 1491 présences à la halte-garderie, 2183 présences à différentes activités.

L’accueil chaleureux de la Maison des familles ne se dément plus et tous s’y sentent bienvenus. « La proximité avec les familles nous permet de les accompagner. Nous sommes un lieu d’accueil et pas seulement un dispensateur de services », termine Line.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires