Se lancer en affaires à l’âge de 18 ans

Communiqué

Se lancer en affaires à l’âge de 18 ans
Bianca Laliberté (Photo : gracieuseté)

À 18 ans seulement, la Victoriavilloise Bianca Laliberté a lancé son entreprise de cosmétiques, et ce, tout en étant étudiante à temps plein en éducation spécialisée. Sous le nom de Bidou univers féérique, elle crée à la main des produits pour le bain, le corps, le visage et du maquillage.

Concilier entrepreneuriat, études et vie personnelle est tout un défi pour la jeune femme d’affaires. « J’ai dû structurer mon entreprise pour l’adapter à ma réalité. Je fonctionne par lancement, c’est-à-dire que je sors mes nouveaux produits toutes les deux semaines. Cela me permet de ne pas me mettre trop de pression pour ma production. J’ai bâti mon horaire collégial de façon à avoir une journée de libre pour la livraison de mes commandes. J’ai même impliqué mes amies dans mes tests de produits et mon marketing pour les voir plus souvent », indique Bianca. 

Bien qu’elle ait démarré modestement, sa passion lui a permis d’amener son entreprise toujours plus loin. « J’ai débuté avec 700 $ que j’ai emprunté à ma mère pour mon matériel de base. À mon premier lancement, j’avais seulement cinq produits différents. Au fil du temps, mon expérience et mes connaissances ont explosé. Puisque je voulais toujours offrir une plus grande diversité à mes clients, j’ai fait beaucoup de recherches. Encore à ce jour, je ne veux pas vendre un produit qui ne me satisfait pas. C’est pourquoi je peux passer des mois à formuler une recette », mentionne-t-elle.

Par son entreprise, elle souhaite aider les personnes, plus précisément les femmes, à penser à elles. « Je prône l’acceptation de soi et l’amour de soi. Chaque corps mérite de se faire chouchouter, peu importe son unicité. Je veux que mes produits leur apportent du bien, oui par les bienfaits pour la peau, mais surtout sur le mental. » Ses valeurs se déclinent même dans les noms de ses produits comme le sel de bain « aime-toi » et le parfum « tu es belle ».

Étant étudiante à temps plein et salariée à temps partiel, Bianca a dû aller chercher du financement et de l’accompagnement pour assurer la croissance de son entreprise et s’accomplir en tant qu’entrepreneure. Ce qu’elle a trouvé auprès de la Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CDVER) et de MicroEntreprendre Centre-du-Québec (MECDQ).

« Les jeunes entrepreneurs de la région (18-39 ans) peuvent avoir accès à des sommes pour réaliser des projets à court terme. C’était le cas de Bianca, qui avait besoin de liquidités pour acheter des matières premières en gros afin de réduire ses coûts et augmenter son inventaire. Le financement combiné de MECDQ, du prêt d’honneur de la CDVER et du programme Créavenir de Desjardins a fait une réelle différence pour Bianca et pour son entreprise », fait valoir Catherine Dionne, conseillère à la CDEVR. 

« Bianca n’avait pas accès au crédit traditionnel en raison de son court historique de crédit, de son statut d’emploi et de son domaine d’affaires. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec la CDEVR pour son plan d’affaires et ses prévisions financières. Notre comité de nanoprêt a été réellement impressionné par l’audace, la cohérence et la vision de Bianca. Je ne serais pas surprise que d’ici quelques années on retrouve son nom dans un palmarès de jeunes entrepreneures québécoises inspirantes », avance Sonia Goulet-Lacasse, conseillère en entrepreneuriat chez MicroEntreprendre Centre-du-Québec.

À titre personnel, le parcours entrepreneurial de Bianca lui permet de se dépasser et de s’accomplir. « Être en affaires m’apprend à avoir confiance en moi et en mon instinct. Même si j’ai encore de la difficulté à dire non, je me base maintenant sur mes valeurs pour prendre des décisions. Je me fixe des « petits rêves » pour faciliter l’atteinte de ceux-ci et être davantage fière de moi. »

Dans les années futures, la jeune femme souhaite développer son entreprise certes, mais également redonner au suivant, par exemple en partageant ses connaissances sur des groupes d’entraide ou en offrant un pourcentage de ses revenus à des organismes communautaires œuvrant auprès des femmes.

« Une jeune entrepreneure aussi déterminée et généreuse que Bianca ne peut qu’avoir un avenir florissant devant elle », mentionne Kim Côté, directrice générale de MicroEntreprendre Centre-du-Québec.

À propos de Bidou univers féérique 

Située à Victoriaville, Bidou univers féérique est une boutique en ligne de cosmétiques, plus précisément des produits pour le bain, le corps, le visage et du maquillage. Les produits sont fabriqués à la main et dans un souci environnemental. La mission de l’entreprise est d’aider les personnes, plus précisément les femmes, à penser à elles, en prônant l’acceptation de soi et l’amour de soi. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires