Osons vivre la joie de l’Évangile!

NICOLET.L’Église de Nicolet se met au diapason du pape François dans ses nouveaux objectifs pastoraux pour l’année 2014-2015. Les Services diocésains et l’évêque, Mgr André Gazaille, proposent à tous les chrétiens du diocèse de Nicolet de «rayonner de la joie du Christ ressuscité par notre action de disciples missionnaires», ce qui est l’objectif principal de la vision diocésaine.

Le thème «Osons vivre la joie de l’Évangile!» est inspiré d’un écrit important du pape François publié en 2013, et c’est le message qui a été lancé aux diocésains présents,la semaine dernière, à l’église de Baie-du-Fèbvre.

Plus de 400 personnes de partout au Centre-du-Québec ont reçu cette invitation avec enthousiasme. Plusieurs d’entre elles en témoignent: cette joie profonde, différente du «sentiment de bonheur intense limité dans la durée» dont parle le dictionnaire, est effectivement un don que l’on veut spontanément partager. C’est ce qui est ressorti lorsque la parole a été donnée aux participants au cours de la soirée de lancement.

La joie de l’Évangile se vit en deux volets, précise Sylvie Carrier, coordonnatrice de la pastorale d’ensemble: «Il y a la joie de se sentir aimé par Dieu d’une manière gratuite et inconditionnelle, c’est la joie du disciple. Il y a aussi la joie de partager ce trop-plein d’amour et d’en voir les effets chez les personnes qui l’accueillent, c’est la joie du missionnaire.»

Dans l’exhortation apostolique «La joie de l’Évangile», François insiste pour relier ces deux dimensions avec un trait d’union, puisque tous les disciples sont appelés à être missionnaires en communiquant la joie qu’ils ont accueillie.

Quatre priorités

C’est ce qui amène les leaders diocésains à cibler quatre priorités pour l’action pastorale de toutes les communautés.

La première soutient les autres. «Il s’agit d’inventer une nouvelle forme de leadership pastoral qui va susciter la ferveur et l’audace missionnaire des baptisés», dit Mgr Gazaille.

En d’autres mots: les chrétiens sont appelés à nourrir leur vie intérieure de manière à développer l’audace de partager leur expérience, la joie du Ressuscité. «Nous sommes tous missionnaires! Lorsqu’on le réalise et qu’on le vit concrètement, on peut faire advenir un monde où les relations humaines contribuent à plus de paix et de justice», poursuit l’évêque.

Ce type de leadership pastoral se développera dans la mesure où ses acteurs sauront «se faire proches». On vise ici une deuxième priorité, qui est de vivre l’unité et la proximité dans nos structures et nos relations. «Dans le contexte des nouvelles paroisses réaménagées, la proximité, c’est un effort à faire», indique Mgr Gazaille. «C’est aussi une source de vitalité pour nos paroisses», ajoute-t-il. Se faire proche, se mettre à l’écoute des désirs profonds de nos contemporains, cela a été illustré lors du lancement lorsque l’équipe d’animation a interprété la chanson populaire de Zaz, «Je veux». Plusieurs participants y ont reconnu leur propre désir de liberté, d’authenticité, et du rejet des clichés, même dans le langage de la foi.

Les deux priorités suivantes sont davantage liées aux activités et chantiers de la pastorale. On parle ici de favoriser l’expérience intérieure de la Parole de Dieu et d’envisager les sacrements comme une source de vie pouvant nourrir la vie spirituelle.

Pour la parole de Dieu, l’objectif consiste à en faire l’expérience dans la fréquentation personnelle, la méditation et aussi le partage en petits groupes. «Ce n’est pas d’abord une affaire de connaissance ou de savoir. C’est une expérience intérieure de la présence de Dieu qui me parle au fond du cœur», remarque Mgr André Gazaille, en donnant l’exemple des Maisonnées d’évangile, un petit groupe de partage biblique.

Le même genre de «sortie» des clichés s’applique aux sacrements: ce ne sont pas de simples rites à accomplir, insiste l’évêque. «Le problème avec les rites, c’est qu’on leur donne une signification humaine et qu’ils deviennent «nos affaires». Quand on les voit comme des dons de Dieu et qu’on en découvre la richesse, ils peuvent devenir plus nourrissants intérieurement.»

Cette année, le diocèse veut approfondir les sacrements du baptême et de l’eucharistie avec les personnes impliquées en catéchèse et dans les divers groupes d’éducation de la foi.

Joie et animation

La soirée annuelle de lancement diocésain se veut festive et interactive. La musique y est un facteur rassembleur où tous les talents sont mis à contribution.

L’équipe des Services diocésains adressait son lancement à toutes les personnes impliquées dans la vie de leur milieu de multiples façons. La participation nombreuse, et de tous les coins du diocèse, a fait la preuve de sa nécessité afin d’entrer dans une vision pastorale partagée de manière cohérente.

Membres des équipes de bénévoles et intervenants pastoraux ont exprimé avoir été nourris et «mis en mouvement» par cet événement qui survient au moment de la rentrée.

Tous les outils d’animation qui permettront de donner des suites à ce lancement dans les régions sont disponibles pour commande sur le site du Diocèse de Nicolet, www.diocesenicolet.qc.ca.

Le chant thème «Éveille en nous la joie de l’Évangile», composé par Guy Lebel pour l’occasion, est aussi rendu disponible pour téléchargement à prix modique (www.guylebel.com). Un programme de formation en lien avec la vision diocésaine et les priorités pastorales sera mis de l’avant tout au long de l’année.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires