Organismes communautaires : quatre nouvelles journées de grève à venir en février

Communiqué

Organismes communautaires : quatre nouvelles journées de grève à venir en février
(Photo : Archives)

Un mois jour pour jour après une première journée de grève, de fermeture et d’interruption des activités régulières, les organismes d’action communautaire autonome de partout au Québec se préparent à une vague de quatre jours de grève et de fermetures rotatives dans la semaine du 20 février 2022. Du jamais vu au Québec.

Les 4000 organismes d’action communautaire autonome demandent le respect de leur autonomie ainsi qu’un investissement supplémentaire récurrent et indexé de 460 millions de dollars par année pour financer adéquatement la réalisation de leur mission, et ce, d’ici le budget 2022.

« Le dernier budget, qui ne contenait pratiquement aucune mesure structurante pour le communautaire, a provoqué une onde de colère dans le réseau. Avec la mise à jour, le gouvernement avait une chance de rectifier le tir, chance qu’il n’a malheureusement pas saisie », déplore Caroline Toupin, coordonnatrice du Réseau québécois de l’action communautaire autonome et porte-parole de la campagne Engagez-vous pour le communautaire.

L’inflation et la pénurie de la main-d’œuvre fragilisent les organismes communautaires comme jamais. Le loyer, la nourriture, tout augmente. Avec le manque de personnel, plusieurs organismes sont contraints de réduire, et parfois même d’abolir, certaines de leurs activités. Plusieurs s’interrogent même sur leur existence à court et à moyen terme, ce qui entraînerait des conséquences irréparables pour les personnes les plus vulnérables.

« On n’arrive pas à offrir des salaires compétitifs pour attirer, mais surtout pour retenir du personnel et ça nous place devant des choix déchirants. On a dû couper deux lits en hébergement tout en sachant que des jeunes risquent de rester à la rue ou d’y retourner », a souligné Johanne Cooper, vice-présidente du Regroupement des Auberges du cœur du Québec et directrice de la Maison Tangente, une maison d’hébergement pour jeunes en situation d’itinérance.

L’attente a assez duré

Depuis trop longtemps, le gouvernement promet des montants substantiels destinés au financement à la mission des organismes ainsi qu’un plan d’action gouvernemental pour mieux soutenir le milieu communautaire. Moins d’un an avant les prochaines élections, rien de concret n’a encore été réalisé. Le milieu est à bout de souffle, le financement ne peut plus attendre.

« Les organismes font un travail exceptionnel sur le terrain, en particulier auprès des personnes en marge de la société. Nous sommes conscients de notre valeur et de notre contribution. Le gouvernement doit cesser de nous tenir pour acquis et doit respecter ses engagements d’ici le prochain budget. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Ezeckiel
Ezeckiel
5 mois

Techniquement, le droit de grève permet à tout groupe de salariés syndiqués de cesser collectivement, et de façon concertée, sa prestation de travail pour exercer une pression sur l’employeur afin qu’il accepte les revendications syndicales, dans le cadre de la négociation d’une convention collective. https://www.tat.gouv.qc.ca/relations-du-travail/droits-dassociation-et-de-negociation/droits-de-greve-et-de-lock-out
Est-ce que ces organismes sont syndiqués, est-ce qu’ils sont employés par le gouvernement?

trackback
La colère gronde et la mobilisation se poursuit ! | Engagez vous pour le communautaire
5 mois

[…] Centre-du-Québec, La Nouvelle Union (MRC De L’Érable), Organismes communautaires : quatre nouvelles journées de grève à venir en février […]