Olymel réduit les effectifs de son personnel-cadre à l’échelle nationale

Olymel réduit les effectifs de son personnel-cadre à l’échelle nationale
Olymel a procédé à la suppression de 177 postes-cadres qui touchent surtout des fonctions administratives, principalement dans ses usines au Québec. (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

La direction d’Olymel a fait part de sa décision de supprimer 177 postes-cadres répartis sur plus de 25 établissements au Québec et une dizaine ailleurs au Canada. La mesure n’affecte en rien les opérations quotidiennes de l’usine de Princeville.

Selon ce que le journal a pu apprendre, cette révision des cadres ne toucherait aucun employé de l’usine princevilloise.

Des 177 postes-cadres supprimés, 120 postes étaient devenus vacants au cours des derniers mois. Ce sont 57 personnes encore en fonction qui sont touchées par ces suppressions de postes.

Olymel explique que cette décision s’est imposée après un examen attentif de l’efficacité et de la redondance des fonctions de soutien administratif au sein de

l’entreprise. Une rationalisation dans la gestion des effectifs du personnel-cadre était devenue nécessaire dans le contexte des défis de marchés et de croissance qui confrontent l’entreprise.

Olymel estime que cette décision contribuera à éliminer le double emploi et permettra de réaliser des économies et des gains d’efficience afin de répondre à une conjoncture de marchés exigeant une plus grande agilité dans l’atteinte des objectifs stratégiques de l’entreprise.

« Les impacts de la pandémie de Covid-19 et d’une pénurie de main-d’oeuvre historique pour nos établissements, les bouleversements des marchés et de la chaîne d’approvisionnement, l’inflation dans le prix des matières premières, ainsi qu’une conjoncture économique mondiale incertaine, sont tous des facteurs

qui militent en faveur d’une plus grande optimisation des modèles d’affaires des entreprises. Olymel n’y échappe pas. Après analyse approfondie, la décision difficile de réduire de manière importante notre contingent de personnel-cadre répond à cette exigence d’adaptation à des conditions de marché imprévisibles

et à la nécessité de placer l’entreprise dans une meilleure position pour aborder l’avenir », a affirmé le président-directeur général d’Olymel, Yanick Gervais, en exprimant sa plus vive reconnaissance à chacun des cadres affectés par cette décision pour les services rendus à l’entreprise au fil des années.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Robert Damin
Robert Damin
1 mois

Autrement dit Olymel a fait une étude durant la Covid-19 que les collets blancs étaient de trop. Car ceux ou celles qui ont restés en postes faisaient le travail avec une meilleure efficacité. Les tours d’ivoires n’y échappent plus de nos jours autrefois c’était toujours la tour d’argent qui subissait les coûts de mise à pied. Excusez mon anglicisme la ( game a changée ) pour une rare fois et j’espère que les gouvernements
aussi vont se réveiller car les fonctionnaires nous coûte trop cher.