Les hommes forts débarquent à Victoriaville

Les hommes forts débarquent à Victoriaville
Dans l’ordre, Jean-François Caron, président du Circuit hommes forts et membre du comité organisateur, Jean Boissonneault, cofondateur du Festival, Pierre Desrochers, président de la Société d’agriculture des Bois-Francs et Antoine Tardif, maire de Victoriaville (Photo : www.lanouvelle.net)

Après Saint-Albert et Warwick, il reviendra maintenant à la Société d’agriculture des Bois-Francs (SADBF) de recevoir, à Victoriaville, le Festival Hommes forts dès juillet 2023, tout juste avant l’Exposition agricole.

Les deux événements commandent un budget de 750 000 $, soit 525 000 $ pour l’Exposition agricole et 225 000 $ pour le Festival Hommes forts Victoriaville.

Le festival prendra son envol le vendredi soir 14 juillet pour se terminer le dimanche 16 juillet, après quoi l’Exposition agricole de Victoriaville se mettra en branle dès le lundi 17 pour se terminer le samedi 22 juillet. « Les festivités se dérouleront donc sur une période de neuf jours. On prévoit attirer 30 000 personnes pour les deux événements », a souligné la directrice de la Société d’agriculture, Mylène Fournier.

La venue à Victoriaville du Festival Hommes forts, un événement d’envergure internationale, découle d’une entente conclue entre la Société d’agriculture et Jean Boissonneault, cofondateur du Festival avec son frère, le regretté Yan Boissonneault. La Société souhaitait augmenter son offre à la population de tous âges. « C’est pourquoi notre équipe a eu récemment quelques échanges avec Jean Boissonneault. Au terme de ces discussions, une opportunité de bonifier l’offre événementielle d’envergure internationale devenait quelque chose d’intéressant et l’idée d’amener un volet plus sportif nous parlait », a expliqué le président Pierre Desrochers qui qualifie cette annonce « de magnifique nouvelle tant pour la région, pour la Ville de Victo, pour la population que pour nos organisations ». « L’ajout de ce nouvel événement, a-t-il ajouté, apportera un nouveau souffle à notre programmation tout en permettant de diversifier notre offre sans compromettre nos propres activités régionales. »

Pour la directrice de la SADBF, Mylène Fournier, la tenue du Festival Hommes forts se veut complémentaire à l’offre de l’Expo agricole. « Cette discipline sportive met en valeur la force humaine qui n’est pas étrangère au domaine agricole québécois, a-t-elle fait valoir. En effet, le Québec a longtemps été considéré comme le berceau des hommes forts. Et la province a été construite au fil des ans par des gens travaillant avec leurs mains, par des bûcherons, et par beaucoup d’agriculteurs. On trouvait que c’était un beau clin d’œil à l’histoire de la Société d’agriculture, en plus du lien avec notre mission et notre offre d’activités. »

Jean Boissonneault se réjouit de voir que le Festival qu’il a fondé avec son frère Yan puisse continuer, festival qui n’a cessé, au fil des années, de prendre de l’ampleur pour devenir la plus importante compétition du genre au pays. « On l’a amené à un niveau auquel on n’aurait jamais pensé. Pour Yan et moi, c’était notre fierté », a-t-il exprimé.

Le cofondateur s’est remis en question à la suite du décès de son frère. Certaines démarches avec la Ville de Warwick n’ont pas abouti. Puis l’occasion s’est présentée avec la Société d’agriculture des Bois-Francs. « Quand je les ai rencontrés, ils m’ont vraiment convaincu avec leur côté humain, avec leur approche. Ils ont même proposé d’attribuer un trophée honorifique annuel portant

le nom de Yan. Cette approche m’a convaincu », a-t-il dit, ému, tout en précisant qu’il s’engageait pour les trois prochaines années avec la SADBF.

Une compétition relevée

Jean-François Caron a remporté neuf fois le titre de champion canadien. Il préside le Circuit hommes forts. En rémission d’une blessure, il ne fera pas partie des athlètes lors de la compétition en juillet 2023.

Mais il promet une compétition relevée. « Je suis très content du retour du Festival dans la région. Le Centre-du-Québec a toujours été un endroit où ça marchait très fort. Longtemps ça a été la plus grosse compétition au pays et en 2023, ça le sera de nouveau », a-t-il assuré.

Ainsi, la compétition professionnelle réunira le « top 6 », les six meilleurs athlètes du dernier championnat canadien. Les amateurs y verront Maxime Boudreault, les jumeaux les plus forts du monde, Gabriel et Frédérick Rhéaume, Wesley Derwinsky de l’Ontario, Sean Hayes de la Colombie-Britannique et Joey Lavallée des Maritimes.

Ils auront une solide opposition du côté américain, de la part notamment de Bobby Thompson, détenteur du record pour le lever du billot aux États-Unis avec un poids de 480 livres. « Certain qu’on présentera cette épreuve l’an prochain avec des charges jamais été faites en sol canadien », a confié Jean-François Caron.

Les athlètes professionnels rivaliseront dans huit épreuves, quatre le samedi et quatre autres le dimanche. Ils devront tirer un camion, et non pas un autobus. « C’est que ce n’est pas assez lourd », a fait remarquer le président du Circuit hommes forts.

L’épreuve de la brouette effectuera un retour. « On ne l’a pas vue depuis des années. Cela ne se fait pas à l’international. C’est typiquement québécois, mais avec des charges mondiales », a-t-il indiqué.

La pierre d’Atlas et les marches de l’enfer figureront aussi parmi les épreuves.

Les meilleurs amateurs

Le Festival Hommes forts Victoriaville s’ouvrira le vendredi soir avec la compétition d’amateurs sous une nouvelle formule.

Contrairement aux compétitions précédentes qui regroupaient de nombreux amateurs de différentes catégories, cette fois, le comité organisateur retiendra les 12 meilleurs athlètes amateurs du pays à la suite d’une qualification en ligne au cours des prochains mois. « Ils pourront se qualifier avec des vidéos de soulever qu’ils exécuteront. Les athlètes retenus participeront aux épreuves du vendredi soir et le gagnant, en plus d’une bourse, deviendra un professionnel du Circuit hommes forts. C’est un titre en jeu. On aura donc une compétition amateure beaucoup plus relevée que ce qu’on avait dans le passé », a soutenu Jean-François Caron.

Présent à l’annonce, le maire de Victoriaville, Antoine Tardif, se réjouit qu’on ait choisi sa ville et que le Festival puisse perdurer, d’autant que cela s’inscrit dans la vision des autorités municipales. « Ça cadre parfaitement avec notre vision de faire de Victo une destination événementielle, et encore plus une destination événementielle sportive. Vous savez qu’on a l’ambition aussi d’obtenir les Jeux du Québec. On veut vraiment se démarquer comme une ville qui attire des événements sportifs d’envergure. Bravo, a-t-il lancé. Vous allez faire rayonner Victoriaville dans l’ensemble du Québec, au Canada partout dans le monde. »

Le maire n’a pas manqué de saluer le dynamisme de la Société d’agriculture. « Vous avez toute une équipe et vous le démontrez à chaque occasion. Vous innovez continuellement dans vos façons de faire. Et d’ajouter un festival à votre programmation déjà bien remplie, je pense que c’est tout à votre honneur. Vous démontrez que vous êtes en mode proactif pour offrir des nouveautés », a-t-il conclu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires