Le modèle de Gesterra ne correspond plus aux besoins de la MRC d’Arthabaska

Communiqué

Le modèle de Gesterra ne correspond plus aux besoins de la MRC d’Arthabaska
(Photo : Archives)

Après une participation au projet de plus 15 ans, la MRC d’Arthabaska évalue actuellement les suites à donner au modèle d’affaires Gesterra. 

À titre d’information, on se rappellera que Gesterra est une entreprise née d’un partenariat public-privé (la MRC d’Arthabaska et l’entreprise Gaudreau Environnement). L’entreprise a pour mandat, entre autres, d’assurer la gestion des matières résiduelles sur le territoire de la MRC d’Arthabaska. À ce titre, c’est elle qui est responsable de la collecte des matières résiduelles dans 21 des 22 municipalités de la MRC. En outre, l’entreprise est propriétaire du site d’enfouissement à Saint-Rosaire et est imputable des opérations sur ce dernier. 

Au moment de la mise en place de Gesterra, la MRC cherchait, en plus de se garantir un meilleur prix, à consolider sa position sur le territoire au chapitre du traitement des matières résiduelles et de leur mise en valeur quand il y a lieu. On visait également à faire naître une force locale dans ce marché. À ce jour, l’expérience reste unique au Québec. 

Aujourd’hui, toutefois, la MRC conclut que le modèle de Gesterra ne correspond plus à ses besoins et souhaite se retirer de l’entente, d’où le processus visant à ce que la MRC dispose de ses intérêts dans Gesterra. 

Cela dit, il faudra attendre, au mieux, le début de la nouvelle année pour connaître les conclusions des négociations en voie de s’enclencher, voire un peu plus tard. Effectivement, puisque Gesterra est une entreprise privée au sein de laquelle les actionnaires, la MRC et Gaudreau Environnement, sont liés par une entente de confidentialité, il faudra également attendre à ce moment avant d’avoir plus de détails. 

Fait à noter, par ailleurs, les négociations à venir ne changent en rien le service offert à la population, lequel se poursuit donc normalement. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Michel Pépin
Michel Pépin
1 mois

C’est bien choquant de constater que nous allons perdre une entreprise collective. Nous devrons payer plus cher dans quelques années, nous irons en soumissions en concurrence avec des centaines d’autres municipalités au Québec.
Nous n’aurons plus aucune emprise sur les coûts. On devra faire affaire avec des compagnies étrangères.
Tous ça se décide présentement derrière des portes closes. C’est comme si le Conseil des ministres du Québec décidaient en caucus de vendre Hydro-Québec.
Visiblement, certains élus baissent les bras assez vite et la population, qui en paiera le prix, n’est pas consulté.

Et pourquoi ce ne serait pas l’inverse: Gesterra rachète le reste des parts pour avoir les coudées franches?