Le Groupe Boutin se départit de sa division transport routier  

Le Groupe Boutin se départit de sa division transport routier
 
Groupe Boutin se départit de ses activités dans le secteur du transport, mais maintient ses opérations dans le secteur de l’entreposage et de l’immobilier. (Photo : gracieuseté)

La famille Boutin de Plessisville a procédé à la vente de sa division transport routier de Groupe Boutin à TFI International, un chef de file nord-américain du secteur du transport et de la logistique. La flotte de transport représente 300 employés, 165 camions et 475 remorques.

« C’est une décision familiale qui était mûrie depuis longtemps. J’aurai 65 ans le mois prochain et je suis rendu à l’âge de la retraite. Deux de mes trois garçons, qui sont dans le business, voulaient continuer dans le secteur de l’entreposage et démontraient moins d’intérêt pour le secteur du camionnage », a expliqué le président du Groupe Boutin, Bernard Boutin.

« Tout au long du processus de vente, nos employés et clients ont été au cœur de nos préoccupations », a tenu à souligner M. Boutin. « TFI International, par son souhait de maintenir les emplois actuels et de continuer à desservir notre clientèle, s’est donc révélée notre meilleur choix. La transaction est devenue effective hier (dimanche). Nos gens de Plessisville, Boucherville et Québec (Saint-Nicolas) vont pouvoir continuer à œuvrer là où ils sont. Leurs emplois sont protégés avec le nouvel acquéreur. L’équipe de gestion demeure en place tout comme les chauffeurs et mécaniciens. »

« TFI International est dirigée par des Québécois et c’est un joueur de grande envergure », a tenu à rappeler M. Boutin précisant qu’elle était présente partout aux États-Unis, au Canada et au Mexique par l’intermédiaire de ses filiales qui se spécialisent dans la livraison de colis et de courrier, le transport de lots brisés, le transport de lots complets et la logistique et que l’entreprise, qui est inscrite à la Bourse de New York et à celle de Toronto, possède un chiffre d’affaires de plus de 5 milliards $.

« En plus d’assurer la continuité pour nos employés et pour la clientèle, c’est une entreprise qui pourra offrir, avec plus de capacité et plus de volume, de meilleurs services », laisse-t-il entendre. Groupe Boutin demeure propriétaire des bâtiments qu’elle louera à TFI International pour la poursuite des opérations. Le nom Boutin continuera à figurer sur les camions de la flotte de TFI International comme d’autres entités que l’entreprise possède.

Le Groupe Boutin conserve la division entreposage qui représente pour sa part 45 employés et des entrepôts de milliers de pieds carrés dans différents bâtiments sur la Rive Sud de Montréal, notamment à Boucherville et Longueuil. Par exemple, son entrepôt à Boucherville est un bâtiment moderne de plus de 82 000 pieds carrés et est doté de 22 portes de chargement.

Localement parlant, M. Boutin a souligné que le logo actuel et les couleurs de l’entreprise du Groupe Boutin seront maintenus pour le secteur de l’entreposage. « Et en même temps, nous resterons présents pour ce qui est de notre implication dans la communauté régionale. Il n’y a rien qui change. Nous allons continuer à commanditer nos équipes de hockey sous le même nom et les mêmes couleurs. »

« Aujourd’hui, nous sommes fiers de ce qui a été accompli par notre division de transport de marchandises au cours des 77 dernières années, que ce soit à travers les familles qui ont pu gagner leur vie avec nous ou à travers nos différentes implications sociales auprès de notre communauté et qu’un tel succès repose sur l’apport de nombreux collaborateurs. L’histoire de notre famille dans le domaine du transport routier ne pouvait pas mieux se conclure que par la continuité de Groupe Boutin au sein de la plus grande entreprise canadienne oeuvrant dans notre secteur et qui a ses racines au Québec », de conclure M. Boutin tout en se disant heureux que la relève du Groupe Boutin maintienne son engagement à relever le défi du secteur de l’entreposage.

Un mot sur le Groupe Boutin

Groupe Boutin a vu le jour en 1945, alors que Valère Boutin se porte acquéreur de la flotte de sept unités de Richard Transport, une entreprise située à Plessisville. Au cours des années suivantes, V. Boutin Express, une filiale du Groupe Boutin, fait l’achat de plusieurs permis de transport ainsi que de petites entreprises qui évoluent dans le domaine. En 1964, Léo-Paul Boutin, épaulé de son épouse Lucille, prend en main la destinée du transporteur jusqu’en 1983 où l’actuel président, Bernard Boutin, fait son entrée dans l’entreprise familiale et continue d’acquérir des entreprises et de moderniser les équipements.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Noel ouimet
Noel ouimet
25 jours

Temp mieux , mais j aurais aimé le savoir par la compagnie plutôt qu un autre chauffeur

Claude
Claude
24 jours
Répondre à  Noel ouimet

Wow, ca c’est pas tres gentil!!!! J’espere que votre emploi ira pour le mieux par la suite!’

Bonne chance!

Claude
Claude
24 jours

hmm, ok, Tu sais de la poudre aux yeux!!

Ok pour la vente, le pere a eu une belle aventure avec cette portion de son entreprise, les choses evolue, change et ou se modifie.

Pourquoi: TFI est dirigée par des Quebecois:
Maison mere: Quebec
Bureau Executif: Toronto (executif veut dire que tout est decide a cette endroit)
Leur CFF (chief financial officer) habite au Texas!

Je n’ai rien contre une compagnie de Toronto! En fait, je crois que etant donné que nous ne sommes plus dans les années 60-70 ou Montreal etait la capitale du commerce au Canada, c’est une bonne idee d’avoir leur bureau executif a cette endroit.

Je laisse cela ici, pensez-y un peu… Pourquoi nous dire cela? Il savent bien que l’information est accessible a tous!!