L’accueil de l’INAB sera transformé

L’accueil de l’INAB sera transformé
: L’INAB (Photo : www.lanouvelle.net - Archives)

Parmi les travaux autorisés par le conseil d’administration du Cégep de Victoriaville à sa dernière séance figure ce projet de transformation de la réception à l’Institut national d’agriculture biologique (INAB). Un contrat de 114 600 $ accordé au seul soumissionnaire, l’entreprise SG Construction de Victoriaville.

Le vice-président du CA, Jean Bolduc, a soulevé la question de la pertinence de tels travaux. On n’est pas sans savoir qu’il s’agit d’un édifice récent.

Le directeur général du Cégep, Denis Deschamps, et le directeur de l’INAB, Normand Poniewiera, ont apporté leurs explications.

Denis Deschamps a précisé qu’il s’agit de l’accueil, un lieu pour le moins bruyant. « Dès qu’on y entre, il y a un poste d’accueil qui se trouve finalement dans l’atrium à aire ouverte. Une personne y travaille, et dans le contexte, ça devient carrément invivable de ne pas avoir d’insonorisation pour la personne, voire même les deux personnes qu’on installera là », a-t-il indiqué, ajoutant justement qu’il est question d’y installer une personne magasinière pour la réception de marchandise et une personne dédiée au travail administratif.

« Dans cette perspective, dans un environnement de travail qui est extrêmement bruyant et toujours en dérangement, on se trouve à ne pas optimiser ces postes de travail », a-t-il exposé.

De plus, l’INAB se trouve en surcapacité. « On s’est posé la question à savoir si on était capable de les mettre ailleurs, mais en même temps, il nous faut des gens à l’accueil, près de l’entrée. C’est donc ce qui militait pour ces changements », a confié Denis Deschamps. 

Le directeur de l’INAB a confirmé le manque d’espace. « On transformera donc la réception pour avoir deux personnes en permanence. La magasinière, même si on avait voulu la placer ailleurs, on n’avait pas de place. Le réaménagement de l’accueil s’imposait », a soutenu Normand Poniewiera.

Autres travaux

L’entreprise Ébénisterie High-Teck de Saint-Christophe-d’Arthabaska s’est vu octroyer le contrat pour du mobilier à la résidence étudiante, un contrat de 139 255 $ plus taxes.

L’entreprise christophienne était la seule à avoir déposé une soumission. Malgré tout, le Cégep s’en tire avec un écart positif selon le budget prévu.

Des travaux s’effectueront aussi pour un réaménagement intérieur à l’École nationale du meuble et de l’ébénisterie qui profitera au programme Technologie de l’architecture.

Étant le plus bas des deux soumissionnaires, Construction Bernard Bélanger et Fils de Victoriaville a obtenu le contrat de 136 900 $ plus taxes.

Cet entrepreneur remporte aussi la mise, un contrat de 78 800 $ en plus des taxes, pour la transformation de quatre classes du pavillon central du Cégep. « On veut les transformer dans une perspective d’interactivité, rendre les salles plus interactives au niveau de la pédagogie », a fait savoir Denis Deschamps.

Budget en investissement mobilier

Malgré un gel de l’allocation du gouvernement concernant l’acquisition d’équipements numériques, les administrateurs ont autorisé le Cégep à maintenir à 2 152 773 $ son budget en investissement mobilier.

En élaborant ce budget, a expliqué le secrétaire général François St-Cyr, la direction du Cégep y avait inclus une hausse anticipée de 125 000 $ de la participation gouvernementale en lien avec l’acquisition d’équipements numériques. Douche froide, toutefois, le 22 avril quand Québec a fait part d’un gel. « Alors que l’inflation en technologie de l’information se situe à des taux de 4% à 10%, cela représente une perte de pouvoir d’achat pour nous. On n’a pas voulu réduire nos dépenses. On souhaitait plutôt conserver notre volume de dépenses. On a ainsi puisé 125 000 $ dans le fonds de prévoyance qui est passé de 301 000 $ à 176 000 $. Il faudra penser dans les années à venir à le regarnir », a noté le secrétaire général.

Hausse pour les frais de déplacement

Le conseil d’administration du Cégep a autorisé une dérogation à la Politique concernant les frais de représentation et de déplacement.

Ainsi, dès le 1er mai, certains tarifs sont revus à la hausse, notamment les allocations en kilométrage, le taux passant de 43 à 55 sous du kilomètre. 

Si la hausse du prix de l’essence a agi comme un électrochoc, a reconnu Denis Deschamps, il n’en demeure pas moins que ce taux inchangé depuis longtemps devait être révisé. « Cela se colle à ce qui est prévu par le Secrétariat du Conseil du Trésor », a-t-il signalé.

Une administratrice a précisé qu’une telle mesure était d’ailleurs demandée par le personnel enseignant qui doit se déplacer pour la supervision de stage.

Quelques autres ajustements ont aussi été apportés, mais un travail plus important reste à venir. « C’est qu’on veut faire un travail de plus longue haleine pour modifier d’autres éléments de la politique sur les frais de représentation et déplacement. Mais dans l’urgence, avec la dérogation, on voulait régler les frais de déplacement et du coût par kilomètre. On veut revenir à l’automne avec quelque chose de plus substantiel », a mentionné le DG du Cégep.

Le réunion du conseil d’administration, par ailleurs, a permis l’adoption d’une résolution d’appui à Boris Déry, approché pour soumettre sa candidature et celle de son livre « Histoire du Cégep de Victoriaville 1969-2019, 50 ans d’engagement » au Prix du patrimoine 2022 de la MRC d’Arthabaska. 

De plus, Denis Deschamps n’a pas manqué de souligner le travail d’une membre du conseil d’administration, Nathalie Marier. « Nathalie est notre mention d’honneur au Colloque de l’association québécoise de pédagogie collégiale qui se tiendra au début juin à Laval. Chaque collège désigne annuellement un membre de son personnel enseignant comme étant une personne hyper méritante, ayant un beau rayonnement dans son Cégep. Cette année, l’honneur revient à Nathalie, une enseignante de français et de littérature, et qui a longtemps été responsable du centre d’aide en français », a-t-il souligné.

Enfin, le conseil d’administration a accueilli une nouvelle administratrice, Justine Poirier, saluée tant par la présidente du CA, Virginie Bonura que par le directeur général Denis Deschamps. La représentante des étudiants a été élue par son association étudiante.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires