Côte de la rue Laurier Ouest : reconfiguration demandée

Par heleneruel

VICTORIAVILLE. Résident de la rue Laurier Ouest, Claude Sévigny s’est résolu à déposer une pétition afin que la Ville de Victoriaville apporte enfin des «correctifs permanents» pour «sécuriser» la côte de l’église Saint-Christophe. «Enfin», parce qu’il s’agit, depuis 1999, de la quatrième pétition de résidents exprimant les mêmes attentes.

Cette fois, M. Sévigny et la vingtaine de résidents ayant signé la requête vont plus loin que de demander de réduire la vitesse dans la côte.

Ils suggèrent soit l’implantation d’un carrefour giratoire soit la reconfiguration de cette intersection qui, actuellement, incite les véhicules à accélérer pour grimper la côte. Même les camions lourds pourtant interdits rue Laurier quittent la route 161 pour emprunter ce chemin, a fait remarquer le citoyen.

Avec l’un des deux clichés que M. Sévigny a déposés pour accompagner la pétition, il a voulu montrer comment, dans le voisinage du pont Baril, on avait redessiné les intersections de la route 161 avec la route Pouliot afin de ralentir la vitesse des automobilistes voulant s’engager dans l’une ou l’autre de ces artères.

En discutant, les résidents ont vite dénombré qu’en 15 ans, une dizaine d’accidents survenus dans ces 350 mètres de la rue Laurier Ouest, des accidents causant des dommages matériels, des blessés, même un décès.

En attendant des correctifs permanents, les résidents souhaitent que déjà, la Ville implante des mesures temporaires comme une réduction de la limite de vitesse (elle est de 50 km/h actuellement), l’installation de trois panneaux d’arrêt au bas de la côte, une signalisation plus adéquate invitant les automobilistes à emprunter le pont Baril pour se rendre au centre-ville ou encore dans les parcs industriels.

La réaction du maire

En rappelant que trois pétitions du genre avaient été déposées à la Ville de Victoriaville, en 1999, 2001 et 2008, M. Sévigny a en quelque sorte soulagé le maire, Alain Rayes.

«Ce qui me console, c’est que je n’étais pas au conseil à ce moment», a-t-il déclaré en guise de réaction au dépôt de la pétition.

C’est ce qui lui a fait dire qu’il prenait «acte» de la plainte d’une vingtaine de résidents, vérifierait pourquoi les élus des conseils précédents n’avaient pas donné suite aux pétitions.

Le maire a ajouté que le comité de circulation serait saisi du dossier et qu’il fallait départager les juridictions, la rue Laurier Ouest étant sous la responsabilité de la Ville, la route 161 étant sous celle du ministère des Transports.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires