Caisse de L’Érable : des fermetures qui suscitent la déception

Caisse de L’Érable : des fermetures qui suscitent la déception
Point de services de la Caisse de L’Érable à Inverness. (Photo : Google)

La décision du conseil d’administration de la Caisse Desjardins de L’Érable de procéder à la fermeture de ses quatre centres de services à Notre-Dame-de-Lourdes, Val-Alain, Inverness et Laurierville en raison d’une baisse d’achalandage et d’enjeux de main-d’œuvre suscite évidemment diverses réactions.

Nous avons d’ailleurs parlé aux maires d’Inverness et de Lourdes pour connaître leur position dans ce dossier.

Le maire d’Inverness, Gervais Pellerin, accueille cette nouvelle avec une grande déception. « C’est une autre amputation d’un service de proximité » a-t-il réagi précisant que les réactions citoyennes dans sa municipalité étaient jusqu’à présent mitigées, mis à part quelques réactions négatives sur les réseaux sociaux.

« Nous avons des citoyens qui s’attendaient à une telle décision depuis longtemps, il y en a d’autres qui ne savaient même pas qu’il y avait un point de services de la caisse dans notre municipalité et finalement certains qui le voient toujours comme un service essentiel. »

« C’est sûr qu’à chaque fois que nous perdons ce type de service là, que ce soit une coopérative, une caisse ou un dépanneur, ça fait mal à la vitalité d’une communauté », a-t-il souligné. « J’ai eu de bonnes discussions avec M. Bélanger (directeur général par intérim de la Caisse de L’Érable). Il se désole de cette situation, mais les raisons qui justifient leur décision sont tout à fait valables comme celle du fait qu’il n’y avait pas plus que 27 personnes qui utilisaient exclusivement les services de comptoirs caissiers à Inverness. »

« La Caisse s’est toutefois montrée très ouverte à nous aider pour compenser cette fermeture. Elle pourrait s’impliquer financièrement pour améliorer notre système de parrainage qui nous permet de faire du transport pour nos citoyens qui ont besoin de faire des visites médicales ou autres. J’ai également proposé à M. Bélanger que la Caisse puisse offrir de la formation aux citoyens qui utilisaient les services de comptoirs caissiers afin de leur apprendre à se servir du numérique. Une fois bien accompagnés, il y en aura peut-être plus de la moitié qui pourront s’en servir par la suite. »

« Nous souhaitons finalement que des arrangements puissent être pris entre la Caisse et notre épicerie du village pour permettre à nos citoyens de retirer de l’argent comptant sur place », a-t-il signalé.

Du côté de Notre-Dame-de-Lourdes, Jocelyn Bédard affirme qu’il n’y a pas un maire qui est content de perdre un service de proximité. D’ailleurs à Lourdes, la Municipalité a travaillé fort au cours de la dernière année afin de pouvoir rouvrir son dépanneur.

« Nous avons beau ne pas être heureux de la décision de la Caisse, il faut admettre que c’est une réalité que nous n’avons pas le choix d’accepter », a fait savoir le maire Bédard qui s’est lui aussi entretenu avec M. Bélanger. Celui-ci lui a fait savoir l’ouverture de son institution qui est prête à continuer à s’impliquer autrement dans le milieu pour pallier à cette fermeture.

« À Lourdes, nous sommes habitués de donner des services. Quand est venu le temps d’offrir un service de garde à l’école (le soir après l’école), service que le Centre scolaire ne pouvait plus nous offrir, nous l’avons pris en main. Quand est venu le temps de la pandémie et qu’il manquait de travailleurs sociaux pour offrir de l’aide à nos personnes dans le besoin, nous avons engagé une travailleuse de milieu et elle est encore là aujourd’hui », de poursuivre le maire.

« Dans mes discussions avec M. Bélanger, celui-ci s’est montré prêt à collaborer aux initiatives que nous lui présenterons. Nous nous sommes déjà entendus sur une participation financière de la Caisse dans la mise en place de notre service de transport pour les gens de Lourdes qui font affaire aux comptoirs caissiers d’être dirigés au siège social de Plessisville ou au point de services à Lyster par exemple. Elles pourraient aussi profiter de ce déplacement pour faire leur épicerie et autres commissions. Nos gens de Lourdes n’auront pas à défrayer ce nouveau service avec leurs taxes. »

Pour ceux qui étaient habitués à faire des retraits en argent au point de service de la Caisse à Lourdes, nous avons obtenu une entente entre le dépanneur et la Caisse pour qu’ils puissent retirer leur argent de poche sans obligation d’achat au dépanneur. Les dépenses liées au terminal seront assumées par Desjardins. »

Quant au local loué par la Caisse de L’Érable à la Municipalité de Lourdes, la coopérative financière fera les réparations nécessaires pour remettre les lieux en état pour une nouvelle utilisation et laisse également tout le mobilier qui pourrait servir à la Municipalité.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Chantal
Chantal
1 mois

M. Desjardins doit se retourner dans sa tombe lorsqu’il voit des décisions aussi loin de la mission même de cette organisation… sans compter le manque flagrant d’intérêt envers les membres