Alain Rayes, premier ministre?

Par heleneruel
Alain Rayes, premier ministre?
Corine Tchehouali a demandé au maire s’il avait l’intention de se proposer comme «premier ministre». (Photo TC Media – Hélène Ruel)

VICTORIAVILLE. «Allez-vous vous proposer comme premier ministre?», a demandé au maire de Victoriaville une des participantes béninoises au programme Jeunesse Canada Monde. Le maire a ri, a répondu que non, tout en admettant que cela faisait plaisir à entendre.

Tous les participants au programme Jeunesse Canada Monde, Canadiens et Béninois, ont assisté à la séance du conseil municipal, eux qui sont arrivés à Victoriaville au début de septembre et en repartiront à la fin de novembre.

La question de la jeune femme a permis au maire de répéter qu’il avait l’intention de finir son mandat à la mairie, ce mandat se terminant après l’élection fédérale prévue pour l’automne 2015.

Il a redit qu’il n’avait pas de plan de carrière, mais que la politique et les enjeux sociaux l’interpellaient.

Les Béninois se sont succédé au micro pour poser des questions sur le développement durable… et sur le «secret du maire» pour gagner la confiance des conseillers.

L’un des superviseurs du groupe a également souhaité que Victoriaville demeure un lieu de stage pour le programme Jeunesse Canada Monde, ce qu’elle est depuis deux ans.

Revenus du Danemark

Revenus tout juste d’Odense où ils ont participé à la septième conférence internationale Child on the City, le maire et le conseiller Patrick Paulin ont livré un bref compte rendu de leurs trois jours d’ateliers et de conférences.

Si ces échanges autour de la philosophie plaçant l’enfant et la famille au centre des préoccupations ont été stimulants, le maire a été particulièrement impressionné par les moyens de transport qu’utilisent les Danois. Beau temps, mauvais temps, beaucoup se déplacent à vélo… Et là-bas, a-t-il observé, il y a respectueuse cohabitation entre vélos, piétons et véhicules.

Par contre, dit-il, les installations citadines ne favorisent pas, comme ici, l’accessibilité universelle, pour les fauteuils roulants et les triporteurs.

Il a également compris qu’au Québec, on était «père poule et mère poule» avec beaucoup de règlements pour protéger les enfants à vélo et dans les parcs. Au Danemark, on ne porte pas le casque et certaines installations dans les parcs ne passeraient jamais la rampe ici, a-t-il remarqué.

Zone hors AGCS?

Guillaume Tremblay a demandé au conseil municipal de réfléchir à la possibilité que la Ville de Victoriaville devienne une zone hors AGCS comme Paris, Québec ou Saint-Jean-sur-le-Richelieu.

En adhérant à ce mouvement, la Ville protesterait contre l’Accord général sur le commerce des services. Cet accord international menacerait l’existence des services et des pouvoirs publics, selon M. Tremblay.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires