290 livres de porc frais : un don qui fait du chemin…

290 livres de porc frais : un don qui fait du chemin…

À gauche, Caroline Roy, chargée du projet; à l’arrière André Dufresne, chef formateur, tous deux à La carotte joyeuse. À droite, Yvan Fréchette, président des Éleveurs de porcs du Centre-du-Québec, en compagnie des participants au plateau de travail.

Crédit photo : gracieuseté

C’est lors d’une prise de photos avec la Corporation de développement communautaire Nicolet-Yamaska (CDC), dans le cadre de son projet La carotte joyeuse, que les Éleveurs de porcs du Centre-du-Québec ont compris l’importance de leur geste.

Après avoir reçu le don de deux porcs en provenance d’un producteur, le syndicat a remis 290 livres de porc frais, soit une quantité capable de produire plus de 1200 repas. Un don de viande qui fait plus de chemin que la filière peut l’imaginer. En effet, la ferme Porcibel, qui a fait don de deux porcs, les Éleveurs de porcs du Centre-du-Québec qui ont acheminé le porc jusqu’à l’abattoir et le transporteur Denis Côté qui a pris sous sa charge, le lavage, la désinfection et le séchage du camion ne soupçonnent pas l’importance du geste.

«Notre porc changera la vie de plusieurs familles de la région», a souligné Yvan Fréchette, président des Éleveurs de porcs du Centre-du-Québec, impressionné de voir la portée du don offert par le syndicat. «J’ai tellement l’impression de montrer à pêcher plutôt que de donner du poisson.» En effet, ce projet de transformation alimentaire démarré en 2014 vise à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Pour ce faire, il veut non seulement récupérer des denrées alimentaires et en assurer la transformation, mais aussi offrir une première expérience de travail valorisante à des groupes de tous les âges et de toutes les provenances.

Cette expérience de travail en transformation alimentaire se déroule au CITAN, le Centre d’innovation en transformation alimentaire de Nicolet, une infrastructure d’exception possédant les permis nécessaires à la transformation alimentaire. La finalité du projet débouche à la réintégration des plus démunis sur le marché du travail. «On réintègre en moyenne 60% des personnes qui s’inscrivent. Soit qu’elles se trouvent un emploi ou retournent sur les bancs d’école. On en est très fier», a lancé Isabelle Brunelle, directrice de la CDC. «Votre viande nous permet d’offrir des formations qui sont très proches de la réalité du secteur agroalimentaire. Nous sommes gestionnaires du CITAN, on y démarre des plateaux de travail qui regroupent des personnes de tous les âges, avec peu ou pas d’expérience de travail, ayant un diplôme d’études ou non, et ayant besoin d’un support afin d’accéder au marché de l’emploi.»

Ces plateaux de travail sont l’occasion pour les participants de développer des connaissances et compétences culinaires en présence d’un chef cuisinier et de vivre une expérience de travail enrichissante. Différents ateliers portant sur des sujets variés liés à l’employabilité sont offerts comme le service à la clientèle ou une formation d’hygiène et salubrité alimentaires reconnue par le MAPAQ (ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec). Les participants acquièrent des compétences en plus de faire, au cours des 15 semaines du plateau, des visites dans les entreprises de la région. Les produits récupérés et transformés sont par la suite distribués aux organismes d’aide de la région qui aident à leur tour les plus démunis. Pour terminer, M. Fréchette a mentionné que participer activement au maintien de ce projet et de ces infrastructures est un honneur pour les Éleveurs de porcs du Centre-du-Québec.

Poster un Commentaire

avatar