Lourdes sauve son petit dépanneur

Lourdes sauve son petit dépanneur
Le maire de Notre-Dame-de-Lourdes, Jocelyn Bédard, croit que le conseil municipal a pris la bonne décision en se portant acquéreur du dépanneur, dont la gestion sera confiée au Comité de développement. (Photo : www.lanouvelle.net)

Les défis sont nombreux pour nos petites municipalités. La fermeture du seul dépanneur du village de Notre-Dame-de-Lourdes dans la MRC de L’Érable, une entité de 744 habitants, en est un autre bel exemple.

Dans ce cas-ci, le conseil municipal a décidé de faire preuve d’initiative et d’originalité en choisissant de se porter acquéreur de l’établissement et d’en confier éventuellement son exploitation au Comité de développement de Lourdes, un organisme sans but lucratif (OSBL).

Il n’y a pas de station-service et on ne trouve plus de restaurant à Lourdes depuis une bonne quinzaine d’années. « Dans ce contexte, nous ne pouvions concevoir la perte de notre dépanneur », d’exprimer le maire Jocelyn Bédard. « Nous faisons déjà plein d’efforts pour attirer de jeunes familles à s’établir chez nous. Nous sommes conscients qu’un dépanneur est tout à fait indispensable pour notre communauté. »

La Municipalité a investi 104 000 $ dans l’achat du Dépanneur de Lourdes. Des réparations d’environ 200 000 $ seront nécessaires pour mettre le bâtiment au goût du jour. « Sa structure est bonne et nous allons faire évaluer les travaux. Nous espérons pouvoir finaliser tout ça et rouvrir pendant l’année en cours », d’indiquer M. Bédard précisant que le projet bénéficiera de subventions importantes lorsque le Comité de développement sera officiellement responsable de la gestion du dépanneur.

« Le dépanneur est situé à un endroit stratégique en bordure de la route 265. Il est notre porte d’entrée dans le village. Nous souhaitons y ajouter plus de services et offrir du prêt-à-manger », poursuit M. Bédard.

L’acquisition du dépanneur permettra de créer deux emplois à temps plein et quelques autres à temps partiel pour les étudiants et étudiantes de la municipalité. « Je suis fier de dire aussi, même s’il n’y a rien de commencé encore, que nous avons déjà des noms de personnes intéressées à y travailler », se réjouit le maire. « Partout au village, j’entends dire que les gens sont contents de voir qu’on s’implique pour le rouvrir. »

Quand la Municipalité en est devenue officiellement propriétaire avant la période des Fêtes, le dépanneur n’était fermé que depuis la mi-novembre et avait été mis en vente par son propriétaire, un homme d’affaires chinois de la région de Montréal.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Christiane Bédard
Christiane Bédard
13 jours

Près de chez moi, il n’y a pas de dépanneur, il y a bien un garage qui vend certains articles, mais ce n’est pas un vrai dépanneur, il y en avait un sur la rue st-jacques, mais il est fermé depuis deux mois. Et je trouves cela bien ennuyeux.