Un service d’accompagnement gratuit pour les entreprises

Un service d’accompagnement gratuit pour les entreprises
Myriam Pilon, Michael Tousignant,Sonia Gagné, Christian Héon,  David Verville et Jacinthe Roy. (Photo : gracieuseté)

Se met en branle, dans quatre MRC du Centre-du-Québec (Arthabaska, L’Érable, Bécancour et Nicolet-Yamaska), le projet « Économie circulaire Centre-du-Québec qui permettra l’accompagnement des entreprises de la région qui souhaitent se lancer dans une transition vers l’économie circulaire.

Le projet est financé par Recyc-Québec à la hauteur de 240 000 $ et bénéficie également de l’appui financier de 13 partenaires régionaux, parmi lesquels on retrouve les Villes de Plessisville, Princeville, Victoriaville, Warwick, ainsi que d’autres organismes tels la CDEVR, le Cégep de Victoriaville, Gesterra, le CFER Normand-Maurice et les SADC.

C’est par vidéoconférence que l’annonce a été faite et lors de celle-ci, la directrice générale de Recyc-Québec, Sonia Gagné, a indiqué que la région avait maintenant tous les atouts pour développer cette économie dont on parle de plus en plus.

Elle a rappelé que l’indice de circularité de l’économie du Québec se situait à 3,5%, mais que les projets, comme celui annoncé pour le Centre-du-Québec, étaient de bons moyens de le faire augmenter. « Le soutien de 240 000 $ permettra de donner les moyens pour votre symbiose industrielle », a-t-elle indiqué.

Quant au président de la Corporation de Développement Durable qui coordonne le projet, Christian Héon, il a rappelé que l’économique circulaire rejoignait parfaitement la mission de l’organisme. « Les entreprises doivent se démarquer de la compétition. Elles doivent réduire les coûts de production, innover et rechercher des ressources. » Des stratégies d’économie circulaire peuvent aider en ce sens.

Deux conseillers sont ainsi disponibles dans les quatre MRC concernées pour  les entrepreneurs qui souhaitent intégrer cette forme d’économie qui est basée sur la collaboration. C’est David Verville qui est le conseiller pour les MRC d’Arthabaska et de L’Érable et Myriam Pilon pour celles de Bécancour et Nicolet-Yamaska. Ils accompagneront les entreprises afin de les aider à identifier des stratégies d’économie circulaire à mettre en place. Parmi elles, on retrouve : trouver des preneurs pour les résidus de production, identifier des façons de diversifier l’approvisionnement, calculer le vrai coût des résidus, repenser les emballages et partager des équipements ou des espaces avec d’autres entreprises.

Le projet vise plus particulièrement les domaines de l’agroalimentaire, la transformation du bois et la fabrication métallique, mais toutes les entreprises peuvent faire appel aux services qui sont offerts gratuitement. Après un premier échange avec les conseillers, il est possible de déterminer quelles sont les possibilités de mettre en place de nouvelles pratiques.

Déjà, dans la région, certains projets d’économie circulaire ont vu le jour. D’ailleurs, lors de la vidéoconférence, le témoignage de Michael Tousignant, propriétaire d’une scierie à Saint-Pierre-les-Becquets, a permis de voir les avantages à adhérer aux pratiques circulaires. Il a expliqué que son entreprise a, dès le début, misé sur des essences de bois moins prisés des grandes entreprises. 

Ainsi, il transforme le tremble et le mélèze en produits finis et a trouvé, grâce à l’économie circulaire, des moyens de disposer des résidus de bois. Il en vend à des agriculteurs qui les utilisent pour de la litière d’animaux ou encore il s’en sert comme alimentation du four pour le séchage du bois. Même qu’avec l’énergie supplémentaire, il peut alimenter en chaleur et en eau une serre à proximité qu’il loue à un producteur de tomates. Il est même question d’envoyer des résidus à Chapais, où une entreprise expérimente pour en tirer des huiles essentielles.

« Tout cela nous évite d’accumuler des montagnes de résidus qui prennent de l’espace », apprécie-t-il. L’entrepreneur a également indiqué à ses pairs qu’il fallait prendre en considération que le plus petit résidu, qui peut sembler inutile pour nous, peut être un trésor pour un autre. « Il ne faut pas se gêner d’appeler les acteurs locaux pour avoir de l’aide », termine-t-il.

On peut joindre le conseiller senior en économique circulaire David Verville à dverville@corpodd.org ou par téléphone au 819 758-3172, poste 239.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires