Une campagne carboneutre pour Luc Berthold

Une campagne carboneutre pour Luc Berthold
Le candidat conservateur, Luc Berthold, lors d'un point de presse tenu à Plessisville, vendredi matin. (Photo : www.lanouvelle.net)

Le député sortant et candidat conservateur dans Mégantic-L’Érable, Luc Berthold, s’est déplacé vendredi matin à Plessisville afin de traiter de deux autres dossiers qui font partie de ses priorités dans cette campagne électorale.

Il a notamment insisté sur la protection de l’environnement et des gestes que l’on peut poser localement pour réduire notre empreinte carbone et d’une demande au gouvernement fédéral pour qu’il intervienne afin d’aider les aînés qui ont subi d’importantes coupures de leur supplément de revenu garanti (SRG) pour avoir demandé par erreur la PCU l’an dernier.

Environnement

D’entrée de jeu, M. Berthold s’est dit fier d’annoncer que sa campagne 2021 a été certifiée carboneutre et que tous les gaz à effet de serre que son équipe et lui généreront pendant la campagne électorale seront compensés.

« Lors d’une campagne électorale, nous utilisons beaucoup d’essence pour mes déplacements ou pour ceux de nos bénévoles, sans compter l’utilisation des pancartes électorales et de tous les équipements informatiques nécessaires », a-t-il expliqué.

Celui-ci dit avoir fait appel à Carboneutre Québec pour faire évaluer l’empreinte carbone de sa campagne. Cette entreprise se chargera de planter des arbres afin de compenser tous les gaz à effet de serre qui seront émis pendant celle-ci. « Juste pour mes déplacements, je prévois rouler entre 5000 et 6000 km dans cette campagne électorale », ajoute-t-il.

« Pour moi, la protection de l’environnement est une priorité, si l’on veut laisser une planète viable pour nos enfants. C’est également une priorité pour le Parti conservateur qui a publié, il y a déjà plusieurs mois, son plan pour la protection de l’environnement qui confirme qu’un gouvernement conservateur prend les mesures nécessaires pour atteindre les cibles de l’accord de Paris alors qu’on attend encore que le gouvernement Trudeau ne plante le premier des deux milliards d’arbres promis. Le Canada est le seul pays du G7 qui a vu ses émissions de GES augmenter entre 2015 et 2020 qui équivaut au mandat de M. Trudeau. »

« Au niveau local, on peut agir pour faire notre part. Après le rapport alarmant du GIEC, il faut agir à tous les niveaux. Dans Mégantic-L’Érable, nous sommes choyés d’avoir une nature aussi présente dans nos vies, avec nos lacs, nos rivières et nos forêts abondantes. Il faut en prendre soin maintenant si l’on veut continuer de pouvoir tous en profiter, et nos enfants aussi », a-t-il indiqué.

À la défense des personnes aînées

Le candidat conservateur s’est également porté à la défense des personnes aînées dont plusieurs, croyant à tort qu’elles avaient droit à la PCU, se voient aujourd’hui privées d’une partie importante de leurs revenus de retraite. « Même si elles s’engagent à rembourser les sommes perçues en trop, elles pourraient se retrouver à la rue parce qu’elles n’ont juste plus les moyens de payer leurs loyers. »

M. Berthold s’explique en rappelant la complexité des programmes lors de leur lancement au début de la pandémie. Il estime que le gouvernement fédéral doit se montrer compréhensif envers ces gens qui ont commis des erreurs de bonne foi, et agir rapidement pour qu’ils puissent continuer à avoir suffisamment d’argent pour vivre.

« Les personnes âgées qui touchent le SRG vivent déjà avec très peu de moyens, et les délais actuels pour traiter leur dossier peuvent aller jusqu’à 300 jours. Va-t-on les laisser mourir de faim ? J’exhorte le gouvernement à redonner à ces gens leurs prestations, en attendant le traitement complet de leur dossier. C’est la moindre des choses à faire », selon le député sortant.

À la suite de ces réductions, et ce depuis le mois de juillet 2021, l’ACEF rencontre des personnes aînées qui vont être confrontées à une situation d’extrême précarité. Ces dernières vont recevoir seulement 626 $ par mois afin de subvenir à leurs besoins de base. L’organisme s’inquiète de ce qui adviendra de ces personnes dans les mois à venir comme cette personne qui paie son logement 720 $ par mois et qui sera probablement évincée de son logis considérant que son revenu ne lui permet même pas de subvenir au paiement de son hébergement.

Luc Berthold a donc écrit directement au premier ministre pour qu’il intervienne de toute urgence afin d’éviter une situation carrément catastrophique pour de nombreux aînés déjà particulièrement vulnérables.

« Voilà une autre raison pour laquelle il n’était pas le temps pour Trudeau de nous envoyer dans une campagne électorale alors que je reçois à mes bureaux des dizaines d’appels par jour pour de gens qui sollicitent notre support pour les aider à régler leurs dossiers », a-t-il conclu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires