Une étude pour adapter les soins et les services à la population après la pandémie

Communiqué

Une étude pour adapter les soins et les services à la population après la pandémie
(Photo : depositphotos)

L’étude VIRAGE, issue d’une collaboration entre le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), le Réseau intersectoriel de recherche en santé de l’Université du Québec (RISUQ) et l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), vient d’être lancée afin de mieux comprendre la perception de qualité de vie et la capacité de résilience de la population durant la période de rétablissement de la pandémie.

Échelonnée sur une période de cinq ans, cette recherche permettra de moduler l’offre de soins et services sociaux de la région en fonction des besoins réels de la population suite à la crise sanitaire que nous avons vécue.

Des impacts à long terme anticipés

Tout au long de la pandémie, plusieurs professionnels de la santé et chercheurs ont souligné l’importance de porter attention aux effets à long terme possibles, autant de la maladie de la COVID-19 que du confinement et de la crise sanitaire. C’est pourquoi le CIUSSS MCQ a proposé de mener une étude avec un groupe de chercheurs de l’UQTR affiliés au RISUQ.

« Le but de ce projet est de fournir des données probantes sur la capacité de résilience ainsi que la perception de qualité de vie de la population, soit son état de santé physique et mentale ainsi que ses relations sociales et son environnement. Les résultats permettront d’orienter les prises de décision et les actions durant la phase de rétablissement », souligne Julie Houle, directrice scientifique de l’infrastructure de recherche en prévention et promotion de la santé du CIUSSS MCQ et professeure titulaire au département des sciences infirmières de l’UQTR.

L’équipe de chercheurs vise à rejoindre plus de 15 000 personnes dans la région. Pour y participer, il suffit de compléter des questionnaires en ligne dont les réponses serviront à constituer une banque de données qu’un réseau de chercheurs de différentes disciplines pourra utiliser dans le cadre de leurs recherches. Des démarches sont également en cours pour déployer l’Étude VIRAGE dans d’autres régions du Québec, notamment au Bas-Saint-Laurent et en Abitibi-Témiscamingue.

Toute personne de 18 ans et plus intéressée à participer à l’étude peut répondre aux questionnaires au ciusssmcq.ca/projetsderecherche.

Adaptation des soins et services sociaux en vue

Comme partout dans le monde, la pandémie a eu de nombreux impacts tant sur la santé de la population, sur la main-d’œuvre du réseau, ainsi que sur les modalités d’accès aux soins et services sociaux.

« Comme organisation, il est important pour nous de mieux comprendre ces impacts afin d’offrir des services qui répondent aux besoins réels de la population de la Mauricie et du Centre-du-Québec », souligne Martin D’Amour, directeur de la qualité, évaluation, performance et éthique au CIUSSS MCQ.

« Cette étude permettra d’acquérir de l’information essentielle sur la population afin de nourrir nos réflexions relativement aux changements à venir. C’est un plaisir pour notre organisation de collaborer avec le RISUQ et l’UQTR dans ce projet », ajoute-t-il.

Pour plus de détails sur l’étude, consultez le ciusssmcq.ca/projetsderecherche.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Une étude pour adapter les soins et les services à la population après la pandémie - HealthGlitz
11 jours

[…] Read original article here […]

Fremich
Fremich
11 jours

Loin de moi de diminuer l’importance d’une telle étude, mais d’une durée de cinq ans, cela me semble,beaucoup trop long. D’autant plus que ces chercheurs ne travailleront pas au salaire minimum. Combien va-t-elle coûter cette étude?
Surtout lorsque l’on pense qu’à H.D.A. (Victoriaville) nous attendons encore et toujours les travaux de relocalisation de l’urgence depuis plus de 10-12 ans. D’ailleurs les fonds recueillis auprès de la population, des commercants et industriels en plus de généreux donnateurs, une somme de 12 000 000$ je crois, placée en fiducie doit dépasser largement cette somme.
De fait, y a-t-il quelqu’un qui peut nous dire quand débuteront ces fameux travaux?