Juin marque le début de la période la plus meutrière de l’année sur nos routes

Communiqué

Juin marque le début de la période la plus meutrière de l’année sur nos routes
(Photo : Maxime Gagnon - Archives)

Les Québécois seront nombreux à souligner la fête nationale dans quelques jours et même si le 24 juin sera synonyme de festivités, cette date marquera également le début de la période la plus meurtrière de l’année sur les routes de la province.

En rappelant de tristes statistiques, la Fondation CAA-Québec souhaite faire mieux pour 2021 et s’éloigner de la tendance des années passées en réduisant le bilan estival de façon remarquable. Elle propose aussi des conseils pratiques pour inciter les usagers de la route à changer certains comportements.

Si on se fie aux dernières années, près d’une centaine de personnes perdraient la vie sur le réseau routier québécois au cours des prochaines semaines, soit entre la Saint-Jean-Baptiste et la fête du Travail. En 2020, ces 75 jours ont fait 98 décès, c’est-à-dire 28,8% des 340 décès survenus cette même année. C’est un peu plus d’une personne qui perd la vie par jour. En y pensant bien et en faisant preuve de vigilance accrue, on peut déjouer ce bilan.

Des données saisissantes

Les données compilées, entre le 24 juin et le 7 septembre 2020, par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) sont évocatrices notamment en Montérégie où l’on y enregistre 26 des 98 décès.

La région du Centre-du-Québec fait partie des régions administratives qui n’enregistrent pas leur pire bilan de décès entre la Saint-Jean-Baptiste et la fête du Travail. Cependant, celles-ci cumulent tout de même 37 des 98 décès. Cela veut donc dire qu’il ne faut pas baisser la garde et que le travail de sensibilisation auprès de tous usagers de la route, peu importe où ils rouleront au Québec, est encore et toujours pertinent.

Les causes d’accidents : quoi retenir?

La Fondation CAA-Québec est catégorique : la distraction et la vitesse sont au cœur du problème. Saviez-vous que:

À 90 km/h, quitter la route des yeux pendant 5 secondes, c’est l’équivalent de traverser un terrain de football les yeux fermés.

Les km/h s’additionnent et les risques se multiplient. Un impact à 50 km/h, c’est comme faire une chute de 4 étages. À 100 km/h, c’est 14 étages.

La distraction est au sommet du palmarès des causes les plus souvent mentionnées par les policiers lors des 75 jours les plus meurtriers.

Outre la distraction et la vitesse, gardons aussi en tête qu’omettre de boucler sa ceinture de sécurité est une autre cause de décès qui se retrouve dans le bilan routier de la SAAQ en 2020(1). Porter sa ceinture de sécurité est non seulement obligatoire, mais est aussi un geste tellement simple qui pourrait éviter jusqu’à 35 décès par année.

Comment faire mieux?

Comme l’ont démontré les résultats d’un récent sondage sur les intentions de vacances des Québécois, 83% des estivants resteront dans la Belle Province cet été. Plus de la moitié de ceux-ci en profiteront pour visiter d’autres régions. C’est donc dire que la saison des grands déplacements sera particulièrement animée. M. Harrison insiste et invite la population à redoubler de prudence.

« Les Québécois prennent des vacances pour se reposer, recharger leurs batteries et vivre de beaux moments en famille. Les routes seront très achalandées et pour arriver à destination en toute sécurité, il est primordial d’adopter des comportements responsables entre usagers de la route. »

Quelques conseils pratiques pour déjouer les statistiques

Allongez la distance de suivi entre les véhicules pour un meilleur temps de réaction;

Chantiers de construction: adaptez votre vitesse et planifiez vos déplacements;

Qui dit vacances, dit véhicules de toutes sortes qui partagent la route. Sur une distance de 20 km, rouler à 110 km/h, au lieu de 90 km/h, fait gagner à peine 2 minutes, est-ce que cela en vaut vraiment la peine?

Gardez toujours votre attention sur la route et tenez compte des conditions météorologiques lors de vos déplacements. Il y a aussi des risques en été!

Les longs trajets sont plus faciles si on est bien reposé au départ. Repas légers et courtes pauses aux 2 heures diminueront la somnolence au volant. La meilleure façon de remédier à une endormitoire soudaine est de s’immobiliser dans un endroit sécuritaire et se laisser somnoler. En général, moins de 20 minutes suffisent.

« Des centaines de milliers de Québécois prendront la route cet été. C’est votre cas? Profitez-en! Considérer que le trajet fait aussi partie des vacances est une règle d’or qui incite à la prudence », de conclure Marco Harrison.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires