Indice de vitalité économique : attention

Tribune libre
Indice de vitalité économique : attention

Dernièrement, des gens ont commenté un article sur lanouvelle.net concernant la piètre performance de la Ville de Plessisville sur la valeur de l’indice de vitalité économique 2018.

Cet article qualifiait la Ville de Princeville d’élève modèle et la ville de Plessisville comme dernière de classe… En fait, cette donnée tenait compte des municipalités de 5000 habitants et plus dans la région Centre-du-Québec.

Dans les faits, si on ne tient pas compte de la sélection du 5000 habitants et plus, mais plutôt du rang que les municipalités occupent sur les 1162 au Québec, comme en fait foi un autre article sur lanouvelle.net, c’est la Municipalité de Saint-Christophe-d’Arthabaska qui occupe la première place dans la région Centre-du-Québec avec un indice de 10.62, elle occupe le 114e rang sur les 1162 municipalités au Québec. C’est pour dire qu’une municipalité de 3082 habitants, non fusionnée, peut être très performante.

Pour ce qui est des municipalités de la MRC de L’Érable, c’est six municipalités qui ont un indice négatif et cinq qui ont un indice positif, variant de 6.34 à -2.78 . Princeville occupe le premier rang dans la MRC et se situe au 243e rang au Québec sur les 1162 municipalités. Et c’est Lyster qui occupe le dernier rang dans la MRC avec un indice de -2.78, et elle occupe le 756e rang au Québec. La Paroisse de Plessisville, quant à elle, occupe le 3e rang avec un indice de 3.22 et se situe au 382e rang au Québec. Et la Ville de Plessisville occupe le 9e rang dans la MRC avec un indice de -2.26 et se situe au 720e rang au Québec.

Ces indices sont basés sur l’accroissement annuel moyen de la population sur cinq ans, le taux de travailleurs âgés de 25 à 64 ans, ainsi que le revenu total médian des particuliers de 18 ans et plus.

Cela met en perspective pourquoi la Ville de Plessisville fait piètre figure dans ce palmarès.

Il y a à Plessisville une concentration de personnes retraitées et âgées. Donc, l’augmentation de la population liée à la natalité, ça ne se passera pas à Plessisville. L’arrivée de nouveaux résidents vient en grande partie des municipalités aux alentours, souvent à leur retraite. Donc, des personnes qui ne sont plus sur le marché du travail.

Certains croient que «la seule solution possible afin de relancer l’économie du «Grand Plessisville» passe inévitablement par une alliance entre les deux Plessisville. Sans travail d’équipe, disent-ils, l’avenir des deux communautés plessisvilloises est voué à demeurer «dernier de classe».

Ce n’est pas une alliance entre les deux Plessisville qui va changer ces résultats. Il existe une vitalité économique à Plessisville, mais elle ne se traduit pas par les critères qui sont ici retenus pour identifier cet indice. Nous connaissons tous une quantité importante de personnes qui, à la suite d’une vie professionnelle active, se sont établies dans la ville de Plessisville, pour différentes raisons (pour la tranquillité, pour la proximité aux différents services et à la vie sociale qu’une ville peut procurer au quotidien : aller prendre son petit café au coin de la rue, aller chercher son journal et rencontrer ses amis, faire des activités avec eux).

Il y a à Plessisville beaucoup d’entreprises et d’emplois de services, etc. Mais les personnes qui les occupent ne sont peut-être pas résidents de Plessisville. Donc, les critères retenus pour l’indice de vitalité économique ne mettent pas en lumière cette vitalité.

Bref, l’indice de vitalité économique peut augmenter pour la Ville de Plessisville, mais pour cela, la Ville doit faire de nouveaux choix. Les mêmes ingrédients d’une recette donnent le même résultat.

Dans les commentaires qui ont été faits sur cet article de lanouvelle.net, certaines personnes croient que la fusion entre la Ville et la Paroisse serait la solution pour améliorer le développement de la Ville.

Ce n’est pas en diluant les résultats de la Ville par ceux de la Paroisse que la situation va changer pour la Ville.  En fusionnant, on dilue les indices économiques et on dilue également les valeurs sociales propres de chaque entité.

Peu importe la municipalité, l`important c’est de mettre en valeur ce qu’elle est, c’est faire briller, mettre la lumière sur les gens qui la composent. C’est aussi faire rayonner les valeurs qui l’animent.

Il faut faire attention avant de tirer des conclusions à partir d’un indice qui ne tient compte que d’une infime partie de ce qui compose la vie municipale.

Maurice Vigneault

Citoyen de la Paroisse de Plessisville

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
4 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Hélène
Hélène
1 mois

Il est toujours bon de mettre en perspective les éléments qui compose un indice (vitalité économique ou autre) Cela permet une meilleur analyse du véritable état des lieux. Comme quoi il n’y a pas que les chiffres dans la vie!.

Pierre
Pierre
1 mois

Deux conseils municipales pour une si petite population… C’est une vraie farce! En quoi Plessis et sa paroisse sont si progressive, si différentes du reste du Qc pour justifier deux municipalités… Unification aurait dû être faite il y a plus de quarante ans..
Diluer les valeurs sociales et économiques… Est bonne celle-là!

Chantal Doyon
Chantal Doyon
5 jours
Répondre à  Pierre

Les réalités et besoins de la paroisse sont beaucoup plus près des petites localités qui l’entoure. Il n’y a pas d’avantage à joindre la ville de Plessisville… Il y a d’ailleurs plus d’une municipalité au Québec qui a rapidement regretté la fusion.

Chantal Doyon
Chantal Doyon
5 jours

Ces informations manquaient, en effet, à l’article dans les médias….