FIMAV 37 : un festival différent cette année

Par Manon Toupin
FIMAV 37 : un festival différent cette année
L'équipe du FIMAV est prête à relever le défi de la 37e édition, en respectant les mesures sanitaires comme l'a expliqué Jordie Vézina Levasseur (deuxième en partant de la gauche), directrice des communications. (Photo : Martin Morissette)

Pandémie oblige, la 37e édition du Festival international de musique actuelle de Victoriaville sera bien différente cette année. Toutefois, malgré les nouvelles mesures, il offrira  des concerts en chair et en os, des propositions musicales très intéressantes pour les spectateurs.

Les concerts du FIMAV se tiendront cette année du vendredi  21 au dimanche 23 mai. La journée du jeudi est retirée pour cette édition bien particulière. Le nombre de concerts proposés est également à la baisse cette année, mais, comme l’indique la directrice des communications de l’événement, Jordie Vézina Levasseur, le festivalier aura droit à des projets musicaux de qualité, hors du commun.

Le FIMAV 2021 en présentera ainsi 12 plutôt que la vingtaine habituelle, et, à en raison du couvre-feu de 21 h 30, à des heures différentes. «La grille horaire allégée n’enlève rien à la qualité de l’événement», insiste Jordie.

Ainsi, les propositions musicales seront présentées à 13 h, 15 h, 17 h 30 et 19 h 30. Cela permettra aux gens de rentrer chez eux à temps pour respecter le couvre-feu. «C’est une année spéciale, confie-t-elle, mais l’équipe est bien confiante, à un mois du festival, d’être en mesure de le présenter.» Il faut dire que toute l’équipe du FIMAV se prépare depuis l’année dernière à ce festival qui a dû être annulé en 2020 en raison de la COVID-19.

Tous les scénarios imaginables ont été préparés afin de pouvoir offrir le festival en personne. En commençant par les artistes accueillis qui proviendront tous du Canada, alors que le FIMAV, habituellement, reçoit pour son événement annuel des musiciens de partout à travers le monde. Des projets musicaux canadiens et québécois et plusieurs présentés en première sont donc prévus.

L’équipe du festival n’a pas voulu opter pour une version virtuelle, comme plusieurs se résignent à faire, voulant encourager les arts vivants dans une période où ils en ont bien besoin. Tout sera mis en œuvre pour que le festival soit sécuritaire. Du personnel supplémentaire sera embauché afin de bien faire respecter toutes les mesures sanitaires en vigueur. C’est une priorité pour l’organisation.

Prêt à tout

Actuellement, la région se retrouve au palier d’alerte orange, mais au FIMAV on se prépare à toute éventualité, dont un passage au rouge. Mais même si cela devait arriver, l’événement aurait quand même lieu, le palier rouge permettant la présentation de spectacles en salle. Ce n’est que si le couvre-feu était devancé à 20 h qu’il faudrait modifier la grille horaire, ce à quoi on est prêt. Si jamais le couvre-feu était levé, le festival conserverait  tout de même l’horaire établi.

Autre nouveauté, mise en place pour respecter les normes sanitaires, il n’y aura pas d’admission générale comme c’est le cas habituellement. Tous les billets auront des places assignées, permettant ainsi la distanciation obligatoire. Un autre changement auquel l’équipe a dû s’adapter. «Ce sera une autre expérience. Avec les mesures sanitaires et le couvre-feu, ça enlèvera la vie de nuit du festival», note toutefois Jordie.

La clientèle du FIMAV 2021 sera également différente. En effet, plusieurs habitués proviennent souvent de l’extérieur du Québec et de l’international. Les frontières étant fermées, il faudra faire sans ce public, ce qui risque de joueur sur l’assistance. Malgré cela, plusieurs festivaliers sont déjà au rendez-vous. La vente des billets a commencé et, selon Jordie, c’est encourageant pour la suite.  C’est donc le moment, pour les gens de la région, de faire le pas et de découvrir, pour ceux qui ne l’ont jamais fait, ce festival et sa musique actuelle. «Il n’y a pas eu de FIMAV l’an dernier et pour certains c’était devenu une tradition. Les salles de spectacle sont rouvertes et on sent un engouement, mais une certaine réserve aussi», remarque-t-elle.

L’équipe reste sur un pied d’alerte, toujours à l’affût des changements qui peuvent survenir. «Dans l’événementiel, nous sommes habitués de nous retourner rapidement. Même en temps normal, il nous faut être prêts à toute éventualité», ajoute-t-elle.

Les retours

Si bien des choses seront différentes cette année, certains incontournables demeurent. C’est le cas pour les lieux de diffusion. Ainsi le FIMAV organise des concerts au Colisée, au Carré 150 ainsi qu’à l’église Saint-Christophe (où sont privilégiés des projets acoustiques). «À l’église, les concerts sont présentés dans la journée, avec l’éclairage naturel, ce qui est très intéressant», précise la directrice des communications. Et à cet endroit, l’espace est parfait pour assurer la distanciation. D’ailleurs, tous les lieux de concerts peuvent accueillir 250 spectateurs.

Le volet cinéma est aussi de retour, tout comme le parcours des installations sonores. «On y propose huit premières mondiales sur neuf installations», indique Jordie. Et en plus des lieux habituels le long de la piste cyclable entre la bibliothèque Charles-Édouard-Mailhot et la Vélogare, en passant par le Carré 150, deux nouveaux lieux s’ajoutent : la vitrine de Gérald Musique et la rue de la Gare. Les installations sonores seront accessibles toute la semaine du festival, soit du 17 au 23 mai.

L’habituelle exposition, tenue au Colisée, est aussi de retour cette année.

Le FIMAV sera donc un des rares festivals à oser une programmation en personne au mois de mai. Plusieurs ont choisi ou bien de reporter l’événement ou encore de l’offrir en virtuel. «Ce sera un 37e FIMAV en personne, sécuritaire et bien organisé», conclut-elle.

Pour tous les détails concernant la programmation ou l’achat de billets, il suffit de visiter le site Web www.fimav.qc.ca.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Tu dois mentionner
Tu dois mentionner
3 mois

Tu veux parler quand tu mentionnes Eglise-St- Christophe c’est celle qui est dans le secteur Arthabaska ,si c’était mentionné il n’y aurait pas de question