Budget fédéral : la ministre Freeland attendue sur le front de la reprise économique

Par Godlove Kamwa, Initiative de journalisme local
Budget fédéral : la ministre Freeland attendue sur le front de la reprise économique
Chrystia Freeland (Photo : Archives)

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, présentera aujourd’hui son premier budget fédéral, le tout premier du gouvernement fédéral depuis deux ans.

Ce budget, très attendu sur la scène politique nationale, devra tracer la voie de la reprise économique après la pandémie de COVID-19, tout en tenant compte du niveau record des dépenses d’urgence consenties pour juguler l’impact de la crise sanitaire.

Mme Freeland s’est engagée à consacrer plus de 2 milliards de dollars à un programme national de garde d’enfants, tout en maintenant le déficit fédéral de l’année écoulée sous la barre des 400 milliards de dollars. Des informations de La presse font état d’une allocation supplémentaire de 4 milliards de dollars destinée à la mise en place d’un réseau national de garderies en collaboration avec les provinces. Certaines parties du pays entrent dans une troisième vague de COVID-19 maintenant ainsi une situation d’urgence de santé publique.

La ministre des Finances devrait également dévoiler les détails du plan de relance triennal d’Ottawa évalué entre 70 et 100 milliards de dollars, qui sera amorcé avec le retour à l’activité normale.

Incertitudes

À la dernière mise à jour économique présentée par la ministre des Finances en novembre 2020, le déficit fédéral était de l’ordre de 381,6 milliards de dollars, soit 38 milliards de plus que les montants précédemment projetés dans le portrait économique.

Le budget qui fera l’objet d’un vote de confiance pourrait mettre le gouvernement minoritaire en difficulté. Il aura besoin du soutien d’au moins un parti de l’opposition pour le faire adopter. Le Parti conservateur, le Bloc québécois et le NPD n’ont pas souhaité aller aux élections avant la fin de la pandémie ce printemps.

«Il y a possiblement à travers les plans du gouvernement une perspective électorale que nous ne cautionnons pas, laquelle ferait peut-être en sorte que le budget qu’il déposerait… deviendrait une question d’urne… vous voulez 100 milliards, vous devez voter pour nous!», redoutait le chef du Bloc, Yves-François Blanchet, tout en reconnaissant que toute chose est «incertaine».

Face aux multiples engagements du gouvernement Trudeau en rapport avec la pandémie de COVID-19, les libéraux s’attendent à un déficit de l’ordre de 400 milliards de dollars qui repoussera le rétablissement de l’équilibre budgétaire sur le long terme.

Icimédias

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires