Le Centre d’action bénévole de l’Érable s’est adapté à la pandémie

Par Carol Isabel
Le Centre d’action bénévole de l’Érable s’est adapté à la pandémie
L'équipe du Centre d'action bénévole de l'Érable (photo prise avant le début de la pandémie) : Guylaine Caron, Marylène Leblond, Marie-Josée Gagné, Carmen Grenier et Paula Vachon (Photo : gracieuseté)

Le Centre d’action bénévole de l’Érable (CABÉ) s’est avéré un acteur clé depuis le début de la pandémie pour continuer à rejoindre les communautés les plus affectées sur notre territoire. L’organisme a trouvé une façon de maintenir ses principaux services et de s’adapter à cette situation exceptionnelle.

Malgré les difficultés et les inquiétudes rencontrées, malgré les adaptations à faire, l’organisme est demeuré ouvert, accueillant, imaginatif et soucieux du bien-être de la population. «Oui, le moral de l’équipe est bon», assure la directrice générale, Carmen Grenier.

«Il y a plusieurs activités que nous avons dû annuler comme notre gala hommage et le dîner de Noël. Mais, nous sommes particulièrement fiers d’avoir réussi à maintenir notre service de popote roulante et celui de l’accompagnement-transport bénévole», explique-t-elle.

«Quand l’urgence sanitaire a été décrétée l’an dernier, nous étions particulièrement préoccupés par le maintien de ces deux services d’autant plus que avons dû faire face à une forte baisse du nombre de nos bénévoles quand les personnes de 70 ans et plus ont été confinées à la maison, un grand nombre de nos bénévoles se trouvant dans ce groupe d’âge.»

«Toutefois, plusieurs travailleurs ont répondu à l’appel de M. Legault et sont venus nous offrir de leur temps quand il y a eu la fermeture des entreprises et des écoles», de poursuivre Mme Grenier. «Ce coup de main temporaire que nous avons reçu nous a permis de rester très fonctionnels au niveau de notre popote roulante et de notre accompagnement-transport. Pour la suite, nous avons réussi à maintenir une bonne base de bénévoles qui ne comptent pas leurs heures pour assurer les deux services et s’impliquer également dans nos autres projets.»

La popote roulante (service de distribution alimentaire) a d’ailleurs connu une explosion des demandes de l’ordre de 45% au plus fort de la pandémie, estime la directrice générale. «Les gens ne sortaient plus pour aller à l’épicerie faisant en sorte que nous avons dû augmenter nos livraisons pour répondre à la demande grandissante de ce service», souligne-t-elle.

Autres services

Mme Grenier souligne que le CABÉ a également réussi à continuer d’offrir d’autres services depuis le début de la pandémie. «Nous avons remanié notre service d’appels amicaux qui nous permet de contacter régulièrement nos personnes plus vulnérables et d’entamer un brin de jasette avec elles pour leur changer les idées et leur remonter le moral. Les personnes sont seules, s’ennuient et sont fatiguées de tout ça et se demandent si elles vont en voir le bout.»

«Nous avons également mis sur pied un cahier d’activités humoristiques et intellectuelles comprenant des mots-cachés, des mots-mystères et diverses capsules pour les occuper mentalement. On en a distribué dans nos sacs de popote roulante et par l’entremise de nos bénévoles», ajoute Mme Grenier.

Le courrier des enfants à l’école a été maintenu dans deux des cinq écoles habituellement desservies par ce service, soit l’école Sainte-Famille à Plessisville et l’École du Bon Pasteur à Lyster. La directrice espère d’ailleurs une reprise du service dans les trois autres écoles. «Le service a été plus lent cette année, mais les enfants apprécient de pouvoir échanger par écrit avec un adulte en toute confidentialité.»

«À Noël, nos bénévoles ont fait parvenir plus de 750 cartes à toutes nos personnes vivant une situation particulière (isolement social, solitude, difficultés physiques) de même qu’aux personnes demeurant dans les résidences pour personnes aînées avec un petit message personnalisé pour chacun. C’est une initiative qui a connu tellement de succès qu’elle sera sûrement reprise cette année. Des bénévoles ont aidé à la confection des cartes de style scrapbooking.»

Du transport gratuit pour se faire vacciner

En ce qui concerne l’accompagnement-transport, une entente entre la Fédération des centres d’action bénévole et le ministère de la Santé et des Services sociaux permet au CABÉ d’offrir son service d’accompagnement-transport gratuitement pour les personnes aînées ou en perte d’autonomie et celles à mobilité réduite désirant se faire vacciner contre la COVID-19.

«Notre service d’accompagnement-transport est toujours offert à prix modique pour les personnes qui en ont besoin, mais nous offrons aussi le service gratuitement, depuis la mi-mars, pour celles qui veulent aller se faire vacciner. Nous avons cependant reçu très peu de demandes jusqu’à maintenant. Nos personnes vulnérables, pour la plupart, réussissent à s’arranger avec les membres de leur famille qui se libèrent de leurs obligations pour venir les transporter pour qu’elles reçoivent leur vaccin», a constaté la directrice générale.

En terminant, Mme Grenier assure que le CABÉ maintient la cadence et que les gens peuvent compter sur l’organisme considéré comme un service essentiel. Elle en profite également pour souligner tout le travail accompli par les bénévoles.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires